NOUVELLES
22/03/2016 04:22 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Présidentielle au Congo: Paris préoccupé, réclame la "transparence" du processus électoral

La France a dénoncé mardi le "contexte préoccupant" dans lequel s'est déroulée dimanche l'élection présidentielle au Congo, où les communications ont été coupées, et a insisté sur la "transparence" et l'"équité" du scrutin.

"Ce scrutin s'est déroulé dans un contexte préoccupant (...) La France, qui fait preuve de vigilance, rappelle son attachement à la transparence et à l'équité du processus électoral à toutes ses étapes", a déclaré lors d'un point-presse le porte-parole du Quai d'Orsay, Romain Nadal.

Le président Denis Sassou Nguesso, qui a passé plus de 32 ans à la tête du pays et entretient de bonnes relations avec l'ex-puissance coloniale, a brigué dimanche un nouveau mandat face à huit autres candidats, quelques mois après un changement de constitution lui ayant permis de se représenter, dénoncé par ses détracteurs comme "un coup d'Etat constitutionnel".

Invoquant des raisons de sûreté nationale, le gouvernement a annoncé samedi la coupure des télécommunications dans le pays pour 48 heures, samedi et dimanche, pour empêcher l'opposition de publier "ses" résultats.

Mardi à la mi-journée, l'internet mobile, les services de sms et de téléphonie cellulaire étaient toujours indisponibles, selon les journalistes de l'AFP présents à Brazzaville.

L'ONU, l'Union européenne et les Etats-Unis ont appelé au calme en République du Congo, où la population attend la proclamation officielle des résultats.

cf/mw/jhd