NOUVELLES
22/03/2016 11:08 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Mali: un des assaillants de la mission militaire de l'UE à Bamako blessé et en fuite (enquête)

Un des auteurs de l'attaque lundi soir contre l'hôtel abritant la mission de l'Union européenne qui entraîne l'armée malienne (EUTM Mali) est en fuite et blessé, a-t-on appris mardi de source malienne proche de l'enquête à Bamako où la sécurité a été renforcée.

Par ailleurs, "l'assaillant tué est un jeune, mineur. Il a environ 16 ans", a indiqué à l'AFP une source militaire européenne sous couvert de l'anonymat.

"Dans son sac, on a retrouvé des grenades et des éléments qui indiquent clairement qu'il est un terroriste", a ajouté cette source, faisant état de la présence de documents, sans donner davantage de précisions.

"Nous recherchons un des terroristes qui est blessé et qui a pu s'enfuir", a déclaré de son côté une source malienne proche de l'enquête.

Interrogée sur l'arrestation de deux personnes lundi soir, cette source a affirmé que "parmi les deux suspects, un est intéressant", se refusant à toute autre explication.

Le nombre exact d'assaillants n'a pu être déterminé, a déclaré la mission militaire européenne, alors qu'une source en son sein avait parlé de quatre personnes, le ministre de la Sécurité intérieure Salif Traoré en évoquant lui "deux ou trois".

La sécurité a été renforcée en plusieurs endroits de Bamako, notamment la cité administrative, qui abrite la plupart des ministères, où les employés se présentant sans leur badge d'identification étaient renvoyés chez eux, selon un correspondant de l'AFP.

En outre, "à titre de précaution", selon un diplomate français, l'école française était fermée mardi.

L'EUTM, qui compte quelque 600 personnes, réunit des militaires européens de 25 pays, actuellement sous commandement allemand. Elle a été lancée en février 2013, dans la foulée de l'opération militaire à l'initiative de la France contre les jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du Mali en mars-avril 2012.

- 'Ennemis de la paix' -

"Ils ont tenté encore. Je pense que si vous voulez éprouver notre système de sécurité, vous en auriez été pour vos frais", a déclaré à des journalistes le président Ibrahim Boubacar Keïta, en voyage officiel en Namibie, interrogé sur l'évolution de la situation.

"Par contre, en ce qui concerne le pays dans son ensemble, nous venons de loin", a-t-il ajouté, se félicitant de la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix entre le gouvernement, les groupes qui le soutiennent, et l'ex-rébellion, destiné à isoler définitivement les jihadistes.

"Cet accord est évidemment quelque chose qui gêne les terroristes parce qu'il permet aujourd'hui de savoir désormais au Mali qui est terroriste, qui est pour la paix au Mali et qui est vraiment malien", a estimé M. Keïta, reparti ensuite pour Bamako.

La Mission de l'ONU au Mali (Minusma) a dénoncé "un acte criminel et ignoble d'autant plus déplorable qu'il a ciblé l'un des principaux partenaires du Mali venu apporter soutien et assistance au pays aux fins de renforcer les capacités de ses forces armées", dans un communiqué.

"C'est un acte des ennemis de la paix dont les responsables doivent être identifiés et traduits en justice", a déclaré Mahamat Saleh Annadif, chef de la Minusma, cité dans ce communiqué.

Selon l'EUTM et le ministère de la Sécurité intérieure, l'attaque, à l'arme légère, a débuté peu après 18H30 (locales et GMT). Les militaires européens et les gardes du bâtiment ont riposté, tuant un assaillant et repoussant les autres.

L'hôtel, réquisitionné par la mission de formation européenne, est situé dans le quartier ACI 2000, à proximité de l'hôtel de luxe Radisson Blu qui avait été frappé le 20 novembre par un attentat jihadiste ayant fait 20 morts, outre les deux assaillants.

Les jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés par l'intervention internationale, qui se poursuit actuellement. Mais des zones échappent encore au contrôle des forces nationales et internationales, malgré la signature de l'accord de paix.

sd-str/sst/mrb/sba