NOUVELLES
22/03/2016 07:36 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Les Palestiniens interdisent à cinq firmes israéliennes d'exporter en Cisjordanie occupée

Le gouvernement palestinien a annoncé mardi l'interdiction d'entrée sur son territoire des produits de cinq entreprises israéliennes d'agroalimentaire, affirmant agir en réciprocité après une décision similaire de l'Etat hébreu.

"En réponse à la décision israélienne d'interdire l'entrée sur le marché de Jérusalem des produits de cinq entreprises palestiniennes, le gouvernement a décidé d'interdire l'entrée des produits de cinq sociétés israéliennes" en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis près de 50 ans par Israël, indique un communiqué publié à l'issue du Conseil hebdomadaire des ministres.

Cette décision prend effet à son annonce, a-t-on précisé de même source.

Les cinq entreprises visées sont les trois sociétés de produits laitiers Tnuva, Strauss et Tara, la compagnie de produits carnés Zoglobeck et la firme de boissons Tapuzina.

Les Palestiniens ont souvent menacé de cesser d'acheter des produits israéliens qui représentent plus de deux tiers des importations palestiniennes et se chiffrent à près de 6,5 milliards de dollars (5,7 milliards d'euros) par an dans les Territoires palestiniens.

Mais la décision prise mardi, si elle est effectivement mise en oeuvre, serait une première.

Récemment, Israël avait interdit l'entrée des camions de livraison de cinq entreprises palestiniennes d'agroalimentaire à Jérusalem.

Plus de 90% des exportations palestiniennes se font à destination d'Israël, en raison notamment des coûts élevés du transport des marchandises --obligées de transiter par l'Etat hébreu qui contrôle toutes les frontières de la Cisjordanie-- vers l'étranger.

La campagne internationale de boycott (BDS, pour Boycott, Désinvestissement, Sanctions), un mouvement d'origine palestinienne, multiplie pour sa part les actions à travers le monde pour obtenir la fin de l'occupation des Territoires palestiniens en appelant au boycott des produits israéliens. Mais ce boycott peine à être appliqué à l'intérieur même de ces territoires, dont l'économie et l'industrie dépendent en grande partie d'Israël.

he/sbh/mib/iw