NOUVELLES
22/03/2016 13:11 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Les blocs à la hauteur des genoux ne seront plus tolérés dans la NFL

BOCA RATON, Fla. — Les blocs à la hauteur des genoux ont été officiellement bannis par les propriétaires de la NFL, réunis à Boca Raton en Floride.

Ils ont également approuvé les recommandations du comité de compétition de la ligue de maintenir pour de bon les transformations de la ligne de 15 verges, ainsi que d'interdire de se servir de la section où apparaît le nom du joueur sur son chandail pour le projeter au sol, ce qui sera maintenant passible d'une pénalité pour avoir utilisé le protecteur cervical.

En tout, ce sont sept nouvelles propositions de règles qui ont été adoptées. Les autres concernent les communications entre les joueurs et les entraîneurs sur les lignes de côté; de décerner une pénalité pour avoir retardé le match aux équipes demandant un temps d'arrêt quand elles n'en ont plus de disponible; de retirer une pénalité de cinq verges aux receveurs étant les premiers à toucher un ballon après être devenus inadmissibles en ayant quitté la surface de jeu; et l'élimination des multiples positionnements de ballon à la suite de fautes doubles aux changements de possession.

Les blocs à la hauteur des genoux, illégaux quand un joueur est déjà engagé avec un autre adversaire, étaient plus rares dans le circuit Goodell à la suite de multiples changements aux règles. Maintenant, ils sont interdits sous toutes leurs formes et ceux qui en distribueront écoperont de pénalités de 15 verges. Le comité de compétition a jugé qu'il s'agissait d'un jeu dangereux.

L'expérience des transformations d'un point mises en jeu de la ligne de 15 verges en 2015 a été suffisamment concluante pour que la règle devienne permanente. L'efficacité de ces bottés, maintenant de 33 verges, a été de 94 pour cent contrairement à plus de 99 pour cent sous l'ancienne formule.

Comme les blocs à la hauteur des genoux, les plaqués à l'aide du protecteur cervical peuvent entraîner de sérieuses blessures, et c'est pourquoi la «zone de protection» a été augmentée.