NOUVELLES
22/03/2016 10:36 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Le patron de la lutte russe précise sa pensée à propos du dopage

Le président de la Fédération russe de lutte a dû clarifier ses commentaires sur le dopage, après avoir utilisé le mot « épidémie ».

Mikhail Mamiashvili avait expliqué à des médias locaux qu'il y avait une « épidémie » en Russie, « plusieurs dizaines » de cas de dopage, mais il a précisé mardi qu'il ne parlait pas seulement de la lutte.

« Je voulais dire que des cas ont déjà été évoqués en patinage de vitesse, en patinage artistique, en natation et dans d'autres sports », a-t-il précisé dans des commentaires rapportés par l'agence de presse Tass.

Le meldonium, produit améliorant l'endurance, est responsable d'une nouvelle vague de contrôles positifs en 2016 chez les athlètes russes, Maria Sharapova étant la plus célèbre d'entre eux.

M. Mamiashvili a confirmé que les lutteurs russes de l'équipe nationale, Sergei Semionov et Evgeny Saleyev, avaient subi des contrôles positifs. Saleyev a remporté une médaille d'argent aux championnats du monde en 2014.

Le patron de la lutte russe a ajouté qu'il n'a pas connaissance d'autres cas de dopage dans son sport en Russie.

La Géorgie voisine a enregistré six cas de dopage au meldonium au sein de son équipe nationale de lutte, y compris celui du médaillé olympique d'argent Davit Modzmanashvili.

Il pourrait être suspendu à vie pour récidive, car ce serait la deuxième infraction de sa carrière.

La Russie a terminé au sommet du tableau des médailles en lutte aux Jeux olympiques de 2012 et a remporté sept médailles d'or aux championnats d'Europe, présentés en mars.

Le président russe Vladimir Poutine a par ailleurs confirmé mardi que Vitaly Mutko demeurerait à son poste.

Le ministre russe des Sports avait laissé entendre qu'il pourrait démissionner à la suite de la série de scandales de dopage.