NOUVELLES
22/03/2016 06:44 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

L'Ukraine enterre le journaliste Gongadzé, 16 ans après son meurtre

La dépouille du journaliste ukrainien Guéorgui Gongadzé, dont l'assassinat par des policiers a compté parmi les affaires criminelles les plus retentissantes du pays, a finalement été inhumée mardi à Kiev seize ans après sa mort.

Fondateur de l'influent site d'informations Ukraïnska Pravda, Gongadzé avait été enlevé en septembre 2000 puis retrouvé décapité deux mois plus tard dans une forêt à une centaine de kilomètres de Kiev. Sa tête avait été retrouvée neuf ans après sa mort.

Sa disparition avait déclenché d'importantes protestations contre le président de l'époque, Léonid Koutchma, alors accusé de son meurtre, mais la justice ukrainienne avait mis fin aux poursuites à son encontre.

En 2013, un ex-général de la police ukrainienne a été condamné à perpétuité pour avoir personnellement étranglé le journaliste avec trois de ses subordonnés.

Après le drame, la mère du journaliste, décédée fin 2013, avait douté pendant des années de l'identification de la dépouille de son fils, même si les enquêteurs avaient de leur côté reconnu qu'il s'agissait bien du corps de Gongadzé, malgré des mois de tergiversations.

La dépouille était dès lors restée toutes ces années dans une morgue de Kiev. Les autorités ukrainiennes n'ont pas annoncé les raisons de son inhumation aujourd'hui.

La veuve du journaliste, Miroslava Gongadzé, qui avait obtenu après la mort de son mari l'asile politique aux Etats-Unis, où elle dirige actuellement le service ukrainien de Voice of America, a assisté avec leurs deux filles à l'enterrement, qui a eu lieu dans l'enceinte d'une église orthodoxe dans un quartier historique de Kiev.

De nombreux journalistes et hommes politiques sont également venus rendre un dernier hommage à Gongadzé, Géorgien d'origine, dont le cercueil a été recouvert des drapeaux ukrainien et géorgien.

"Guéorgui Gongadzé restera à jamais dans ma mémoire comme un homme sincère et talentueux, comme un vrai défenseur de la liberté d'expression et d'un avenir meilleur pour notre pays", a écrit mardi sur sa page Facebook le président ukrainien Petro Porochenko.

Les proches du journaliste, devenu un symbole de la liberté d'expression en Ukraine, se sont dits "soulagés" par l'inhumation de son corps, tout en appelant les autorités à établir et "traduire en justice les commanditaires" de son meurtre, dans une déclaration écrite citée par l'agence Interfax-Ukraine.

ant-pho/kat/at

FACEBOOK