NOUVELLES
22/03/2016 12:25 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Egypte: la justice ordonne la libération d'un étudiant détenu pour un T-shirt anti-torture

Un tribunal égyptien a ordonné mardi la libération d'un étudiant de 20 ans détenu depuis plus de deux ans pour avoir porté un t-shirt avec l'inscription "nation sans torture", a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Mahmoud Mohamed Ahmed Hussein avait été arrêté au Caire le 25 janvier 2014, à l'occasion du troisième anniversaire de la révolution qui a mis fin au règne du président Hosni Moubarak.

Le jeune étudiant, alors âgé de 18 ans, avait été arrêté alors qu'il rentrait chez lui après une action de protestation contre le régime militaire au pouvoir et les Frères musulmans, selon Amnesty International.

Les forces de sécurité l'ont appréhendé avec son ami Islam Talaat à cause de son t-shirt, ont déclaré son frère et son avocat.

Ce jour-là, des affrontements avec les forces de l'ordre avaient coûté la vie à des dizaines de manifestants, certains partisans de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi renversé durant l'été 2013 par l'armée.

La détention préventive des deux jeunes étudiants a depuis été renouvelée, sans procès. Mahmoud et Islam sont restés derrière les barreaux plus de deux ans alors que la loi égyptienne fixe à deux ans la limite du maintien d'une personne en prison sans procès.

La justice égyptienne a ordonné mardi leur libération contre une caution de 1.000 livres (100 euros), selon un responsable judiciaire.

Une nouvelle confirmée sur Twitter par le frère de Mahmoud Mohamed, Tarek.

"Le juge a décidé la mise en liberté de Mahmoud et Islam contre une caution de 1.000 livres", a également confirmé à l'AFP l'avocat de Mahmoud, Mokhtar Mounir, précisant que les formalités pour leur libération allaient commencer très prochainement.

La détention de Mahmoud Mohamed avait retenu l'attention de nombreuses organisations internationales de défense des droits de l'Homme qui réclamaient sa libération. Amnesty international avait même lancé une campagne de soutien au jeune adolescent avec des affiches à son effigie.

Le régime du président Abdel Fattah al-Sissi est accusé par l'ONU de réprimer sévèrement toute opposition depuis qu'il a destitué en 2013 l'islamiste Mohamed Morsi, premier président élu démocratiquement en Egypte.

La répression, d'abord limitée aux Frères musulmans de M. Morsi, s'est ensuite étendue aux mouvements laïcs et de gauche qui avaient mené la révolte de 2011.

ht/nbz/feb