NOUVELLES
22/03/2016 09:09 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Décès de Rob Ford, ancien maire coloré et controversé de Toronto

Rob Ford, ancien maire populiste de Toronto rendu notoire par ses frasques d'abus d'alcool et de drogues, est décédé mardi des suites d'un cancer à l'âge de 46 ans.

Sa famille a annoncé sa disparition dans un communiqué en rendant hommage à son "bien-aimé fils, frère, mari et père" qui "a passé sa vie au service des habitants de Toronto".

Elu en 2010 à la mairie de la plus grande ville du Canada, Rob Ford, personnage haut en couleurs, avait été plongé en 2013 dans un scandale de consommation de drogues qui avait fait le tour de la planète.

Les médecins lui avaient diagnostiqué en septembre 2014 un liposarcome, forme de cancer qui se manifeste par une tumeur se logeant entre autres dans les tissus adipeux. Quelques semaines plus tard, la maladie l'avait contraint à se retirer de la course à sa réélection, mais il avait néanmoins brigué avec succès un poste de conseiller municipal.

Se disant attristé de sa disparition, son successeur à la mairie, John Tory, a exprimé ses condoléances à sa femme Renata ainsi qu'à leurs deux enfants. "C'était un homme qui disait ce qu'il pensait, et qui a brigué le pouvoir pour ses convictions profondes", a ajouté le maire de la métropole canadienne.

Après son élection en 2010, Rob Ford, avec son embonpoint marqué et des petits yeux enfoncés dans un visage poupon, avait multiplié les frasques, dans la plupart des cas liées à son penchant avoué pour l'alcool. Le truculent maire avait été plongé dans la tourmente en 2013 après avoir reconnu avoir consommé du crack, un puissant dérivé de la cocaïne.

Au milieu des appels à sa démission en raison de l'image déplorable qu'il donnait à la quatrième agglomération d'Amérique du Nord, son conseil municipal l'avait, à une très large majorité, privé de toutes ses fonctions exécutives.

- 'Déni total' -

Après avoir promis d'arrêter de boire, le bouillonnant édile conservateur, très populaire dans les banlieues, avait finalement replongé au début 2014. Et la diffusion de nouvelles images embarrassantes, sur lesquelles le maire tenait une pipe à crack, l'avait poussé à se retirer temporairement de la vie publique pour suivre une cure de désintoxication dans un centre spécialisé.

A son retour à l'Hôtel de ville en juillet 2014, il s'était lancé dans la campagne électorale pour reconquérir la mairie aux élections du 27 octobre. Il affirmait alors avoir repris le "contrôle de sa vie" tout en avouant avoir vécu dans "le déni total" de ses dépendances à l'alcool et à la drogue.

Soutenu par le vote des milieux modestes et jouant contre les élites du centre-ville, Rob Ford avait cependant dû prématurément se retirer de la course après son diagnostic de cancer.

Né le 28 mai 1969 dans une banlieue de Toronto, au bord du lac Ontario, Rob Ford était le dernier d'une fratrie de quatre d'une famille plutôt aisée.

Dans sa jeunesse, plus porté sur les sorties avec les amis que sur les études, il s'était rêvé footballeur professionnel avant finalement de se cantonner au rôle d'entraîneur de l'équipe de son lycée pendant une bonne dizaine d'années.

Très vite le démon de la politique l'avait gagné et à 28 ans il s'était présenté pour la première fois au conseil municipal de Toronto avant de l'intégrer trois ans plus tard.

Pour M. Ford la politique se résumait à épouser les idées populistes. Fortement ancré à droite, il était proche des conservateurs de Stephen Harper, l'ancien Premier ministre canadien battu aux législatives d'octobre dernier. Ce dernier a rendu hommage sur Twitter à un homme qui fut "toute sa vie un battant".

jl/sab/bdx