NOUVELLES
22/03/2016 06:51 EDT | Actualisé 23/03/2017 01:12 EDT

Attentats à Bruxelles: "C'est toute l'Europe qui est frappée" (Hollande)

Le président français François Hollande a estimé mardi qu'"à travers les attentats de Bruxelles", qui ont fait une trentaine de morts et plus de 200 blessés, "c'est toute l'Europe qui est frappée".

L'Europe doit prendre "les dispositions indispensables face à la gravité de la menace", a ajouté le président français, soulignant que "la France qui a été elle-même attaquée en janvier et novembre derniers y prend toute sa part", selon un communiqué.

La France "poursuivra de manière implacable la lutte contre le terrorisme, aussi bien sur le plan international qu'intérieur", a ajouté le chef de l'Etat français.

Peu avant, son gouvernement avait appelé à un renforcement de la lutte antiterroriste en Europe.

L'Europe doit "renforcer encore la coordination et la lutte" contre le terrorisme, a souligné le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve à l'issue d'une réunion d'urgence convoquée par le président Hollande avec les principaux ministres concernés par la sécurité en France.

"Nous sommes en guerre" et "face à cette guerre, il faut une mobilisation de tous les instants", a renchéri le Premier ministre socialiste Manuel Valls.

Le chef du gouvernement a de nouveau appelé le Parlement européen à adopter rapidement le registre européen des passagers aériens, dit "PNR", malgré l'hostilité d'eurodéputés, de gauche notamment, à l'encontre de cet outil de l'antiterrorisme.

"Il est temps de l'adopter. Et je dis notamment aux groupes socialiste et écologiste du Parlement européen: chacun doit prendre ses responsabilités (...) On a assez perdu de temps sur cette question", a dit M. Valls devant les députés français.

Dans un communiqué, son ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a indiqué avoir, lors d'une conversation téléphonique avec son homologue belge Didier Reynders, "souligné l'urgence de coordonner encore davantage notre action en matière de lutte contre le terrorisme".

Depuis les attentats qui ont fait 147 morts et des centaines de blessés entre janvier et novembre 2015, l'armée française mobilise 7.000 à 10.000 hommes en permanence sur le territoire national pour l'opération Sentinelle de surveillance des sites sensibles.

Depuis les dernières attaques du 13 novembre, 5.000 policiers et gendarmes sont également mobilisés aux frontières, selon le gouvernement français.

Les attentats à Bruxelles, qui ont frappé l'aéroport international de Zaventem et une station de métro du quartier européen de la capitale belge, ont fait mardi une trentaine de morts et plus de 200 blessés, selon les derniers bilans.

swi/mat/mw/bpi/at