NOUVELLES
19/03/2016 01:43 EDT | Actualisé 20/03/2017 01:12 EDT

Yémen: l'émissaire de l'ONU chez les rebelles après avoir vu le président

L'émissaire de l'ONU Ismaïl Ould cheikh Ahmed est arrivé samedi à Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée par les rebelles, après avoir discuté à Ryad avec le président Abd Rabbo Mansour Hadi de la relance des efforts de paix.

M. Cheikh Ahmed a été reçu par un représentant du "ministère des Affaires étrangères" des rebelles Houthis, Ali Hajar, a indiqué à l'AFP le directeur de l'aéroport de Sanaa, Khaled al-Chayef.

L'émissaire onusien n'a pas fait de déclaration et on ignore le programme de sa visite à Sanaa.

Vendredi, il s'est entretenu à Ryad avec M. Hadi des "efforts visant à rétablir la paix au Yémen", a rapporté l'agence Saba. "Toutes les portes sont ouvertes pour parvenir à la paix sur la base des résolutions du Conseil de sécurité", a dit M. Hadi, selon l'agence.

Les résolutions du Conseil de sécurité, notamment la 2216 impose aux rebelles de se retirer des vastes pans de territoire conquis depuis plus un an, notamment de Sanaa, et de restituer les armes prises à l'armée.

L'ONU tente de relancer les pourparlers entre les belligérants, en vain jusqu'ici. Une première session avait été organisée en Suisse en décembre 2015.

En appui au gouvernement yéménite, l'Arabie saoudite et d'autres pays arabes sunnites ont lancé le 26 mars 2015 une campagne militaire contre les Houthis mais n'ont pas réussi à reprendre l'ensemble des régions conquises par les rebelles pro-iraniens.

La navette de l'émissaire onusien intervient après des signes d'un prochain apaisement du confit. Les combats se sont en effet arrêtés le long de la frontière entre l'Arabie saoudite et le Yémen depuis le 9 mars après une médiation de tribus yéménites entre Houthis et Saoudiens.

Mercredi, le porte-parole de la coalition, le général saoudien Ahmed Assiri, a également annoncé à l'AFP la fin prochaine de la "phase des combats majeurs" au Yémen.

L'ONU s'inquiète de plus en plus du lourd bilan payé par les civils dans la guerre. 3.218 civils ont péri dans le conflit et près de 6.000 ont été blessés, selon l'organisation internationale.

pho/mh/tp