NOUVELLES
19/03/2016 05:22 EDT | Actualisé 20/03/2017 01:12 EDT

Syrie: la semaine de discussions à Genève n'a permis aucun progrès (régime)

La semaine de discussions sur la paix en Syrie qui s'est achevée vendredi à Genève n'a permis "aucun progrès", a estimé samedi une source proche du régime, critiquant également l'émissaire de l'ONU qui a mis la pression sur Damas pour avancer des propositions concrètes.

"Nous n'avons vu aucun progrès au cours des cinq derniers jours", a déclaré cette source à l'AFP. Les discussions indirectes entre le régime et l'opposition, qui doivent reprendre lundi à Genève, se sont terminées vendredi avec un appel de l'émissaire de l'ONU Staffan de Mistura exhortant le régime de Damas à faire des propositions détaillées sur les modalités de la transition en Syrie.

"M. de Mistura n'a pas le droit de mettre la pression sur quiconque. Il est le médiateur dans les discussions et ne devrait prendre parti pour personne", a critiqué cette source.

Le quotidien pro-gouvernemental syrien Al-Watan a également estimé samedi que la semaine s'était achevée "sans aucun résultat significatif".

De son côté, l'opposition a dressé un bilan mitigé de ces cinq jours de discussions.

"Pour l'opposition, cela a été l'occasion de montrer son unité et sa volonté de participer de façon efficace à un processus de paix", a déclaré à l'AFP Bassma Kodmani, une représentante du Haut comité des négociations (HCN).

"En revanche nous ne voyons aucune volonté de l'autre côté de rendre la pareille. On voit beaucoup de manoeuvres de leur part. De ce point de vue là je ne suis pas très optimiste", a-t-elle ajouté.

Les pourparlers de Genève visent à mettre en place un organe de transition dans six mois, afin de sortir de la guerre entrée dans sa sixième année, qui a fait plus de 270.000 morts et des millions de réfugiés.

Après avoir rencontré trois fois les délégations de Damas et du HCN au cours de la semaine écoulée, M. de Mistura a demandé au régime d'entrer dans le vif du sujet et de présenter des propositions concrètes sur la transition. Il a en revanche salué le travail de l'opposition qui a fait, selon lui, un "travail en profondeur" et des "propositions substantielles".

lar-cf/mr