POLITIQUE
19/03/2016 06:45 EDT | Actualisé 19/03/2016 06:49 EDT

Pierre Karl Péladeau se dissocie des militants du PQ qui ont rencontré le FN

TWITTER SEBCHENU

Le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, se dissocie des militants qui ont rencontré samedi les délégués du Front national, dont sa chef Marine Le Pen.

« J'ai été choqué lorsqu'on m'a informé aujourd'hui que des personnes, s'affichant comme des "jeunes du Parti Québécois", mais ne représentant qu'eux-mêmes et n'occupant aucune fonction au parti, ont rencontré la présidente d'un parti politique français en visite au Québec », écrit-il, sur Facebook.

« Au nom du Parti Québécois, je tiens à dissocier formellement notre formation politique et ses instances de toute activité ou rencontre, issue d'initiative personnelle, avec des représentants de ce parti dont l'histoire, la doctrine et les propositions sont aux antipodes des valeurs du Parti Québécois », poursuit le chef péquiste.

Sur Twitter, comité national des jeunes du Parti Québécois (CNJPQ) s'est aussi dissocié de la rencontre, relayant le message de M. Péladeau.

La polémique a débuté lorsque Sébastien Chenu, conseiller régional de Picardie-Nord-Pas-de-Calais et délégué national du Rassemblement Bleu Marine – un mouvement rattaché au FN –, a publié sur Twitter une photo et un message indiquant que Marine Le Pen avait rencontré « les jeunes militants du Parti Québécois » et que l'échange avait été « passionnant ».

De passage à l'émission Gravel le matin, le député péquiste Bernard Drainville avait pourtant déclaré cette semaine que la chef du FN n'était pas la bienvenue au Québec.

Elle devrait débarquer de l'avion et rembarquer illico, retourner chez elle.

Bernard Drainville, député du PQ

Un horaire chargé, mais peu de volontaires pour la recevoir

Marine Le Pen passera la semaine au Canada. Elle se déplacera dimanche à Québec dans le cadre de la journée de la francophonie, où elle prendra la parole. Le cabinet du premier ministre Couillard a assuré qu'il ne la rencontrera pas. La Coalition avenir Québec a quant à elle été approchée par le parti d'extrême droite pour une rencontre, mais le parti de François Legault a décliné l'invitation.

Bien qu'il admette que ses idéologies soient opposées aux siennes, Amir Khadir s'est dit prêt pour sa part à rencontrer la présidente du FN. « Comprenez-moi bien, c'est par humanisme que je me suis offert », a déclaré le député de Québec solidaire, qui désire démontrer à Marine Le Pen « que le Québec n'est pas un terrain xénophobe ».

C'est une Française qui arrive au Québec, alors on n'est pas pour la repousser. Ce serait lui servir la même médecine qu'elle sert aux immigrants comme moi.

Amir Khadir, député de Mercier (QS)

La chef du FN doit rencontrer des politiciens fédéraux, selon Sébastien Chenu, mais ce dernier n'a pas précisé de qui il s'agit : « ils ne nous ont pas donné l'autorisation de le dire ».

Selon le quotidien Le Figaro, Marine Le Pen rencontrera deux ministres canadiens (Commerce international et Économie), à titre de membre de la délégation de la Commission du commerce international du Parlement européen. Dans un courriel, l'attaché de presse de la ministre canadienne du Commerce international précise que Chrystia Freeland rencontrera bien la délégation européenne, « mais Marine Le Pen ne sera pas présente ».

Quant au parti conservateur fédéral, il indique que sa chef Rona Ambrose ne rencontrera pas non plus la politicienne controversée.

Par ailleurs, selon le journal Le Monde, la présidente du FN visitera l'usine de Bombardier, assistera à un match de hockey et conduira même un traineau à chiens. Interrogé à ce sujet, Sébastien Chenu a déclaré : « je ne contredis pas ces infos », tout en ajoutant que son programme détaillé serait dévoilé dimanche.

Progamme de Marine Le Pen :

Vendredi et samedi : Montréal

Dimanche 20 mars : Québec (point de presse)

Lundi 21 mars : Québec et Montréal

Mardi 22 mars : Montréal (point de presse)

Mercredi 23 mars : Montréal

Jeudi 24 mars : Saint Pierre et Miquelon (point de presse)

Vendredi 25 mars : Saint Pierre et Miquelon et Montréal

  • "Une femme libre, une mère, une Française"
    DR
    Ce qu'elle dit: "Je suis une femme libre, une mère, une Française et j'ai choisi de m'engager pour mon pays". Voilà comment Marine Le Pen se présente sur son blog de campagne où se côtoient des images intimes ou mises en scène. Entre une scène de dîner entre copains et une photo de Marine Le Pen en train d'arroser des fleurs, on y devine son compagnon, Louis Aliot (en haut à droite) ainsi qu'une de ses filles (en bas à droite), dessinant le visage apaisé d'une famille moderne et sans histoire.

    Ce qu'elle ne dit pas: A aucun moment son appartenance au Front national n'est cité ni même affiché, ne serait-ce que par l'intermédiaire d'un logo. Notez que jamais Jean-Marie Le Pen, avec lequel la présidente du FN est en conflit, n'apparaît dans cet album de famille. Ces photos sont d'ailleurs plus politiques qu'il n'y parait. Comme l'a relevé le journaliste du Monde Abel Mestre, c'est bien l'ombre de Frédéric Chatillon qui se dessine à gauche de la photo du dîner entre copains. Ancien gudard et patron de Riwal, Frédéric Chatillon tout comme sa société sont mis en examen dans l'affaire des kits de campagne du Front national.
  • Une femme politique médiatique
    Une femme politique médiatique
    DR
    Ce qu'elle dit: Si elle n'est plus omniprésente dans les médias, Marine Le Pen rappelle qu'il s'agit d'un choix et non d'une contrainte. En témoigne les quelques photos de ses apparitions sur les principaux plateaux de télévision disséminées sur son blog. Elle y apparaît sereine et détendue, preuve qu'elle sait se faire entendre.

    Ce qu'elle ne dit pas: Courtisée par de nombreux médias, Marine Le Pen entretient malgré tout des relations compliquées avec la presse, qu'elle accuse régulièrement de "caricaturer" ses propos. Le micro d'Itélé qu'elle tient sur la photo de droite nous renvoie d'ailleurs au fait qu'elle a un temps menacé de boycott la chaîne tout info lorsque celle-ci s'est séparée du polémiste d'ultra-droite Eric Zemmour. Notez qu'aucune photo de ses entretiens musclés avec Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV n'a été mise en ligne.
  • Une femme qui aime les chats
    Une femme qui aime les chats
    DR
    Ce qu'elle dit: "Qui n'aime pas les bêtes n'aime pas les gens". Voilà peu ou prou le message subliminal qu'adresse Marine Le Pen à ses électeurs en affichant ostensiblement sa passion pour les félins. Peu à l'aise sur les thématiques environnementales, le Front national est en revanche très engagé dans la question des droits des animaux, comme en témoigne sa proximité avec la fondation Bardot.

    Ce qu'elle ne dit pas: Cette avalanche de photos "cute" dans un cadre intime ou dans un décor de carte postale vise à l'évidence à lisser l'image souvent jugée trop clivante et cassante de la présidente du Front national. En politique, le totem du chat renvoie généralement à la patience et à l'indépendance, deux items sur lesquels Marine Le Pen entend bien surfer en 2017.
  • Une femme proche des Français
    Une femme proche des Français
    Ce qu'elle dit: Que ce soit au côté des ouvriers (en bas à droite), dans un bistrot (en bas gauche) ou pendant la grande Marche républicaine (en haut à gauche), Marine Le Pen s'affiche en candidate proche du peuple et des Français anonymes. Prise pendant sa campagne régionale, la photo centrale exprime sa proximité avec les chasseurs, un électorat traditionnellement acquis à la droite mais ardemment courtisé par l'extrême droite, malgré son engagement à défendre les droits des animaux.

    Ce qu'elle ne dit pas: Les photos évacuent habilement le contexte compliqué dans lequel elles ont été prises. Le drapeau de la CGT en arrière plan ne dit rien des tensions qui opposent le syndicat au FN. Et celle sur la Marche républicaine esquive la polémique autour de la présence de Marine Le Pen ou les provocations identitaires de son père sur le "je suis Charlie Martel".
  • Une femme à la carrure internationale
    Une femme à la carrure internationale
    DR
    Ce qu'elle dit: Que ce soit en Russie (en haut à gauche) ou en Europe où elle a réussi à créer une groupe au Parlement européen, Marine Le Pen a une carrure internationale qui la prédispose à diriger la nation en 2017. Voilà en substance ce que disent ces photos prises à l'occasion de ses déplacements à l'étranger.

    Ce qu'elles ne disent pas: Si les relations du Front national avec ses homologues étrangers se sont renforcées, ces photos ne disent rien de la réputation sulfureuse qui reste celle du FN à l'international. En dépit de ses appels du pied, Marine Le Pen n'a toujours pas réussi à se faire recevoir par de hauts dirigeants étrangers. S'agissant de sa relation avec la Russie de Vladimir Poutine, le Front national passe évidemment sous silence sa dépendance controversée aux emprunts russes qui financent ses campagnes.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter