NOUVELLES
19/03/2016 11:17 EDT | Actualisé 20/03/2017 01:12 EDT

Morales veut un sommet extraordinaire sudaméricain pour Rousseff et Lula

Le chef de l'Etat bolivien Evo Morales a demandé samedi l'organisation d'un sommet extraordinaire des pays d'Amérique du sud pour défendre la présidente brésilienne Dilma Rousseff et son prédécesseur Luiz Inacio Lula da Silva.

Evo Morales a demandé à son homologue uruguayen Tabaré Vazquez, qui assure la présidence tournante de l'Unasur, d'organiser un sommet extraordinaire de l'Union des nations sud-américaines au Brésil.

"Quelques présidents d'Amérique du sud devraient tenir une réunion d'urgence de l'Unasur au Brésil pour défendre la démocratie au Brésil, pour défendre Dilma (Rousseff), pour défendre la paix, pour défendre le camarade Lula et tous les travailleurs", a déclaré le président de gauche bolivien lors d'une cérémonie.

Il a exprimé l'espoir que le président uruguayen Tabaré Vazquez "nous convoque rapidement au Brésil pour exprimer notre solidarité et éviter un coup parlementaire ou judiciaire" contre le pouvoir en place.

Evo Morales, proche de Dilma Rousseff et de Lula, avait affirmé vendredi que la droite brésilienne voulait s'emparer du pouvoir par un coup d'Etat.

Le Brésil est plongé dans une tempête politique, la président Dilma Rousseff est menacée de destitution, soupçonnée d'avoir maquillé les comptes publics, et son prédécesseur Lula est poursuivi par un juge en raison de son implication présumée dans le scandale de corruption Petrobras.

L'Uruguay, le Venezuela et l'Equateur ont apporté publiquement leur soutien à la présidente brésilienne tandis que le secrétaire général de l'Unasur, le Colombien Ernesto Samper, s'est dit solidaire de Lula, estimant qu'il était victime d'un "lynchage médiatique".

jac/fr/ih