NOUVELLES
19/03/2016 07:57 EDT | Actualisé 20/03/2017 01:12 EDT

Attentats de Paris: Inculpé, Salah Abdeslam refuse d'être remis à la France

Salah Abdeslam, inculpé samedi de "meurtres terroristes" pour son rôle dans les attentats de Paris, collabore avec la justice belge mais refuse d'être extradé vers la France, selon son avocat.

Le suspect clé des attaques du 13 novembre a été placé "sous mandat d'arrêt" par un juge d'instruction, c'est à dire placé en détention provisoire selon le droit belge.

Le juge l'a inculpé de "participation à des meurtres terroristes" et de "participation aux activités d'un groupe terroriste", selon le parquet.

Un complice, "le soi-disant Monir Ahmed Alaaj, alias Amine Choukri", arrêté en même temps que lui vendredi à Bruxelles, a été inculpé des mêmes chefs d'accusation et placé en détention.

"Ce que je peux vous dire, c'est qu'il (Salah Abdeslam) collabore avec la justice belge", a déclaré l'avocat Sven Mary à des journalistes, confirmant que son client "était présent à Paris" le 13 novembre.

"On refusera son extradition vers la France", a-il souligné.

"On va d'abord voir si le mandat d'arrêt européen est légal et puis on verra", a expliqué Me Mary, à propos de la procédure qui permettrait d'accélérer son départ pour Paris.

"Ce n'est pas parce qu'il refuse qu'il ne sera pas remis", a toutefois expliqué samedi à l'AFP l'avocate française Florence Rouas-Elbazis, "mais cela peut entraîner un délai supplémentaire.

Pour décider d'autoriser la remise à la justice française de ce Français de 26 ans résidant en Belgique, les magistrats belges devront uniquement statuer sur le respect de la procédure en vigueur.

Salah Abdeslam, arrêté à Molenbeek, la commune bruxelloise où il a grandi, après quatre mois de cavale, est ""alité" car il a été "blessé par balle à la jambe", a précisé son avocat.

Sa capture va permettre aux justices belge et française d'avancer dans l'enquête sur les pires attentats jamais commis en France (130 morts et des centaines de blessés).

- 'Je suis Salah Abdeslam' -

Après avoir sans doute convoyé le soir des tueries les kamikazes du Stade de France, Salah Abdeslam avait abandonné une ceinture explosive dans le sud de la capitale française, appelé à la rescousse deux amis bruxellois et échappé à trois barrages policiers sur la route vers Bruxelles, où sa trace s'était perdue le lendemain.

Il avait réussi à se terrer jusqu'à ce qu'une perquisition de routine, dans un appartement de la commune bruxelloise de Forest mardi, permette de le localiser.

Accueillis par des tirs d'armes automatiques dès la porte franchie, les policiers avaient abattu un Algérien de 35 ans, Mohamed Belkaïd.

Mais deux autres hommes avaient réussi à s'échapper de Forest. Il n'est pas confirmé que Salah Abdeslam était l'un d'eux, mais il a commis une imprudence fatale en utilisant son téléphone portable pour contacter un ami de Molenbeek pour qu'il lui trouve un nouveau point de chute, selon la télévision RTBF.

C'est dans cette planque qu'il a été cueilli, lançant aux policiers "Je suis Salah Abdeslam", selon les médias locaux.

Les enquêteurs vont pouvoir l'interroger sur l'organisation des attentats, revendiqués par l'organisation Etat islamique, les donneurs d'ordre, les complicités et les soutiens dont il a bénéficié pendant sa cavale.

Interpol a conseillé samedi à ses 190 pays membres d'exercer une "vigilance accrue" aux frontières, jugeant que des complices pourraient être tentés de fuir.

L'arrestation de Salah Abdeslam marque "une étape importante dans la lutte contre le terrorisme", "mais la menace reste à un niveau très élevé", a estimé samedi le Premier ministre français Manuel Valls.

- Soulagement pour les familles -

Salah Abdeslam a passé la nuit de vendredi à samedi dans une chambre sécurisée de l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles. Il devrait être transféré à la prison de Bruges (nord-ouest), qui dispose d'une aile médicalisée, selon son avocat.

L'homme connu sous les identités de Amine Choukri et Monir Ahmed Alaaj avait été contrôlé en compagnie de Salah Abdeslam en Allemagne en octobre 2015. Ses empreintes ont ensuite été retrouvées dans une maison utilisée par le groupe terroriste à Auvelais (sud de la Belgique) qui a servi pour préparer les attentats de Paris.

La capture en vie de Salah Abdeslam, dont le frère Brahim s'est fait exploser dans l'est parisien, est un soulagement pour les familles des victimes, qui auront droit à un procès. Les associations les représentant seront reçues lundi par François Hollande.

A Bruxelles, le Conseil national de sécurité belge, dirigé par le Premier ministre Charles Michel, a validé samedi le maintien à l'échelon 3 (sur quatre possible) du niveau de la menace terroriste en Belgique.

bur-siu/agr/ger