NOUVELLES
18/03/2016 11:02 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

UPAC: Lelièvre exprime son étonnement de voir un ex-collaborateur arrêté

QUÉBEC — Le député péquiste de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a exprimé son étonnement, vendredi, devant l'arrestation de son ancien conseiller.

M. Lelièvre a soutenu que plusieurs allégations formulées contre François Roussy, maire de Gaspé de 2005 à 2013, étaient fausses.

Selon M. Lelièvre, durant un contre-interrogatoire devant la Commission Charbonneau, un témoin comparaissant voilé et sous un faux-nom a admis que plusieurs de ses affirmations au sujet de François Roussy étaient imprécises ou fausses.

M. Roussy a été embauché le 12 mai 2014 comme conseiller politique par M. Lelièvre, qui ignorait alors tout des allégations contre lui.

L'Unité permanente anticorruption (UPAC) avait déjà perquisitionné l'hôtel de ville de Gaspé le 29 janvier et le 7 mai 2014. Des allégations touchant M. Roussy ont été rendues publiques le 16 mai, quand le mandat de perquisition du 29 janvier a été diffusé dans les médias.

Lors d'un point de presse à l'Assemblée nationale, M. Lelièvre, ancien directeur général de la municipalité de Gaspé, a exprimé son étonnement de voir son ancien conseiller se faire arrêter.

«Un certain étonnement mais si la justice a décidé d'aller de l'avant dans cette procédure, je présume qu'il y a un dossier et des motifs, a-t-il dit. On va laisser le système, la justice faire son travail. Je ne m'attendais pas à ça, je n'avais pas d'élément d'information qui m'amenait à penser que M. Roussy avait posé des gestes de cette nature-là.»

Le contrat de M. Roussy s'est terminé le 5 janvier 2015, après la décision de ne pas le renouveler, a indiqué vendredi l'aile parlementaire péquiste.

Selon le mandat de perquisition, alors qu'il était maire, M. Roussy a exigé une ristourne de 5 pour cent sur les contrats octroyés à la firme de génie-conseil Roche en plus d'avoir voyagé en France aux frais de la firme de génie-conseil.