NOUVELLES
18/03/2016 10:40 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Traque de Salah Abdeslam : "On l'a eu", confirme un ministre belge, Hollande et Michel réunis

Un membre du gouvernement belge, Theo Francken, a confirmé dans un tweet - avant de l'effacer rapidement - l'arrestation vendredi à Bruxelles de Salah Abdeslam, dans une opération de police que le président français François Hollande est allé suivre dans le bureau du Premier ministre belge Charles Michel.

Salah Abdeslam, 26 ans, a été arrêté lors d'une opération policière à Molenbeek, la commune populaire de Bruxelles d'où il est originaire, avait-on appris peu de temps auparavant de sources policières françaises. Ces mêmes sources ont précisé qu'il avait été blessé à la jambe lors d'un échange de coups de feu avec les forces de l'ordre.

"On l'a eu", a twitté le secrétaire d'Etat belge à la Migration Theo Francken peu après 18H30 (17H30 GMT), dans la première confirmation de l'arrestation par un responsable poblitique belge.

M. Francken a toutefois retiré ensuite son tweet, après un début de polémique. Son annonce est "inappropriée pour un membre du gouvernement sans compétence liée" au dossier, a jugé un responsable, cité sous le couvert de l'anonymat par l'agence Belga.

Le Premier ministre belge, Charles Michel, a quitté le sommet de l'UE avant son terme, pour rejoindre son cabinet, au 16, rue de la Loi, où il a été rejoint par le président français, François Hollande.

"Suivi des opérations policières avec le Président" François Hollande, a twitté le chef du gouvernement belge, en publiant une photo où on le voit en bras de chemise à côté du chef de l'Etat français, entouré des ministres belges de l'Intérieur, Jan Jambon, et de la Justice, Koen Geens.

"Je vais passer voir le Premier ministre belge", avait confié auparavant François Hollande à des journalistes alors que parvenaient les premières informations sur l'arrestation de Salah Abdeslam à la fin d'un sommet européen de Bruxelles.

Salah Abdeslam, 26 ans, Français d'origine marocaine, petit délinquant radicalisé habitant Molenbeek, est soupçonné d'avoir eu au moins un rôle-clé de logisticien dans les attentats jihadistes qui ont fait 130 morts le 13 novembre dernier à Paris.

bur-siu/mct