NOUVELLES
18/03/2016 03:58 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Syrie: l'EI affirme avoir tué cinq soldats russes près de Palmyre

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) a affirmé avoir tué cinq soldats russes dans des combats près de la cité antique de Palmyre dans le centre de la Syrie.

"Les soldats du califat (...) ont tué cinq soldats russes et six membres de l'armée" syrienne ainsi que plusieurs miliciens chiites du Hezbollah libanais, a indiqué l'EI dans un communiqué sans préciser la date des combats.

Mais selon le site internet lié à l'organisation extrémiste, Aamaq, les cinq soldats russes ont été tués mercredi et jeudi et parmi ces derniers figure un conseiller militaire.

"Quatre soldats russes ont été tués à Qasr al-Halabat à l'ouest de Palmyre dans une tentative d'assaut mise en échec par l'EI, alors que le conseiller militaire est mort (jeudi) dans la zone de Dawa", a précisé le site Aamaq, en diffusant une vidéo montrant un corps qu'il présente comme celui du "conseiller militaire".

Sur la vidéo, on voit également armes saisies par les jihadistes dont des fusils AK-74M et un casque. Une boîte de pansement avec des inscriptions en langue russe a été également filmée.

L'EI a conquis en mai 2015 Palmyre, joyau antique inscrit au patrimoine de l'humanité.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a confirmé la présence de forces russes près de Palmyre mais a affirmé qu'il ne pouvait pour l'heure confirmer si des soldats russes avaient été tués.

Le ministère russe de la Défense n'était pas joignable dans l'immédiat pour une réaction sur l'annonce jihadiste.

La Russie, allié du régime de Bachar al-Assad qui combat rebelles et jihadistes, a annoncé lundi un retrait partiel de ses forces de Syrie, plus de cinq mois après le début de son engagement militaire dans le pays.

L'aviation russe a toutefois poursuivi ses frappes contre les jihadistes, notamment autour de Palmyre.

Jeudi, le président russe Vladimir Poutine a précisé que des "combats féroces" avaient lieu autour de Palmyre. Il avait aussi donné les noms de quatre soldats russes, dont un conseiller militaire, tués depuis le début de l'intervention de Moscou en Syrie le 30 septembre 2015.

Un responsable du ministère russe de la Défense avait auparavant parlé de trois soldats tués.

ser-kat/nbz/tp