NOUVELLES
18/03/2016 12:44 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Sahara occidental: nouvelles discussions lundi à l'ONU

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon va aborder la crise avec le Maroc à propos du Sahara occidental avec les 15 membres du Conseil de sécurité lundi à l'occasion d'un déjeuner, a indiqué vendredi son porte-parole.

"Le dialogue se poursuit avec le Conseil" à ce sujet ainsi qu'avec les autorités marocaines, a précisé Stéphane Dujarric.

Le sujet sera "en tête de l'ordre du jour" du déjeuner informel mensuel avec les 15 ambassadeurs du Conseil lundi, a souligné le porte-parole. Il a suggéré que les 15 pays devraient clarifier leur position après une réunion infructueuse du Conseil jeudi soir.

"Nous espérons toujours pouvoir sauver la mission (de l'ONU au Sahara occidental - Minurso) et restaurer nos relations avec le Maroc", a-t-il ajouté.

Il a indiqué que le Maroc avait assoupli un peu sa décision d'expulser 84 membres de la Minurso à la suite de déclarations controversées de M. Ban. Après avoir donné trois jours à ces experts civils pour partir, Rabat leur a accordé "quelques jours de plus".

L'ONU estime que s'ils partent, la Minurso sera incapable de remplir son mandat.

Le Maroc a aussi supprimé sa contribution financière de trois millions de dollars couvrant les besoins en nourriture et logement des 500 Casques bleus, civils et militaires, de la Minurso.

Saisi de l'affaire jeudi, le Conseil de sécurité n'a pas réussi à adopter une position commune, laissant à chacun de ses membres le soin de traiter individuellement avec le Maroc pour tenter d'apaiser cette querelle.

A la fin de la réunion, le président du Conseil, l'ambassadeur angolais Ismael Gaspar Martins, n'a pas eu un mot de soutien pour M. Ban ni pour enjoindre Rabat à revenir sur sa décision.

Selon des diplomates, France, Espagne, Japon, Egypte et Sénégal notamment ont pris le parti de Rabat.

Interrogé à ce propos, M. Dujarric a reconnu "qu'il aurait préféré entendre des propos clairs de la part du président du Conseil".

L'ambassadeur français François Delattre a indiqué vendredi à des journalistes que Paris voulait "faire baisser la tension". "Pour l'instant, a-t-il dit, l'important est que le Maroc et l'ONU aient un dialogue, serein, respectueux et approfondi. C'est notre priorité numéro un".

La querelle est partie d'une visite début mars de M. Ban dans un camp de réfugiés sahraouis en Algérie.

Le gouvernement marocain avait été ulcéré de l'entendre parler ensuite d'"occupation" du Sahara occidental, que Rabat considère comme partie intégrante du royaume marocain.

Le Sahara occidental est une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc, qui l'a annexée en 1975, mais le territoire est revendiqué par des indépendantistes (le Polisario).

Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté pour ce vaste territoire. Le Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination.

L'ONU a déployé la Minurso en 1991 pour surveiller un cessez-le-feu, et s'efforce de faciliter un règlement

avz/are