NOUVELLES
18/03/2016 06:36 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Roumanie/procès: l'ex-Premier ministre Ponta rejette les accusations de corruption

L'ancien Premier ministre roumain Victor Ponta a rejeté vendredi les accusations de corruption le visant, lors de sa première comparution devant la Haute Cour de Justice.

Interrogé par les juges, M. Ponta, 43 ans, a déclaré qu'il ne reconnaissait pas les faits dont il est accusé, précisant qu'il souhaitait faire une déposition lors d'une prochaine audience, a indiqué l'agence Agerpres.

L'ex-chef du gouvernement est accusé de "17 infractions de faux en écriture", de "complicité d'évasion fiscale" et de "blanchiment" d'argent, pour des faits remontant à 2007-2011, quand il était avocat.

Selon le Parquet anticorruption (DNA), il aurait reçu l'équivalent de 55.000 euros de la part d'un proche, Dan Sova, avec lequel il avait signé un contrat de collaboration.

Pour justifier cette somme, reçue en plusieurs tranches mensuelles, M. Ponta aurait rédigé 17 factures en 2011 attestant faussement avoir travaillé pour le cabinet d'avocats de M. Sova.

Ce dernier, nommé à trois reprises ministre par M. Ponta, est pour sa part accusé de complicité d'abus de pouvoir, de faux, d'évasion fiscale et de blanchiment.

Le DNA soupçonne en outre l'ex-Premier ministre de conflit d'intérêts dans l'exercice de ses fonctions mais le Parlement a bloqué les poursuites sur ce volet du dossier.

Aujourd'hui simple député social-démocrate, M. Ponta avait démissionné en novembre sous la pression de la rue après l'incendie d'une discothèque à Bucarest ayant fait 64 morts.

La prochaine audience aura lieu le 5 avril.

mr/mr