NOUVELLES
18/03/2016 04:53 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Pervez Musharraf quitte le Pakistan pour être soigné

DUBAÏ, Émirats arabes unis — L'ancien leader militaire du Pakistan, Pervez Musharraf, a quitté le pays tôt vendredi matin pour se rendre être soigné à l'étranger.

L'homme de 72 ans a pris la destination de Dubaï, où il a vécu en exil pendant plusieurs années.

M. Musharraf fait actuellement l'objet de procès pour trahison et pour meurtre au Pakistan.

La Cour suprême lui a quand même accordé plus tôt cette semaine la permission de voyager à l'étranger pour être soigné pour ses maux de dos, après qu'il eut promis de revenir au pays qu'il a dirigé à compter de son coup d'État de 1999.

Certains voient toutefois son départ avec méfiance et craignent qu'il ne revienne jamais affronter la justice, puisque certaines des accusations qui pèsent contre lui sont passibles de la peine de mort.

M. Musharraf est parti de la ville de Karachi à bord d'un vol commercial vers Dubaï, vendredi matin, a dit son avocat. Une porte-parole n'a pas exclu qu'il se rende aussi aux États-Unis ou au Royaume-Uni pour une intervention chirurgicale.

L'ancien président a vécu en exil volontaire à Dubaï et à Londres pendant 4,5 ans après avoir quitté le pouvoir, en 2008. Il est revenu au Pakistan en 2013 pour participer à l'élection présidentielle, mais il s'est rapidement retrouvé embourbé dans une série de procès criminels en lien avec sa présidence.

Il est notamment accusé de trahison pour avoir suspendu la Constitution en 2007, proclamé l'état d'urgence et congédié pratiquement tous les juges les plus importants. Cette accusation est passible de la peine de mort.

Il est également accusé de meurtre en lien avec une opération des forces de l'ordre qui a fait plus de 100 morts la même année, à Islamabad.

Il est enfin accusé d'avoir trempé dans le meurtre de l'ancienne première ministre Benazir Bhutto, qui a été assassinée en 2007.

M. Musharraf se dit victime d'un réglement de comptes politique et nie avoir quoi que ce soit à se reprocher.