NOUVELLES
18/03/2016 03:36 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Migrants: la Libye, nouvelle porte d'entrée de l'Europe?

Alors que le printemps n'est même pas entamé, plusieurs milliers de migrants venus de Libye ont été secourus en trois jours en Méditerranée, faisant planer le spectre d'un nouveau front dans la crise des migrants en Europe.

Hasard du calendrier, ces nouvelles arrivées vers le sud de l'Europe interviennent en plein marchandage de l'Union européenne avec la Turquie pour tenter de juguler la route des migrants sur le flanc sud-est du continent, via la mer Egée et la Grèce.

"C'est évident, le printemps va ramener beaucoup de migrants (depuis la Libye)", prévient l'amiral Alain Coldefy, directeur de la revue Défense Nationale.

Après plusieurs semaines de calme relatif dans le sud de la Méditerranée, sans pratiquement aucun départ des côtes libyennes, 951 migrants ont été récupérés mardi par un navire de guerre allemand et la marine italienne.

Le lendemain, ce sont près de 1.500 personnes, dont des dizaines d'enfants, entassées sur douze embarcations de fortune, qui ont été secourues. Jeudi, ils étaient près de 700. Trois corps sans vie ont également été repêchés.

Difficile à ce stade de savoir s'il s'agit des prémices d'une arrivée massive, ou de l'une de ces habituelles vagues de migrants jetés dans des zodiacs au gré des brutalités et de la cupidité des passeurs, ou à la faveur des embellies de la météo.

De fait, avec plutôt du soleil sur le sud de l'Europe cette semaine, les conditions en mer ont sans doute été relativement plus propices au départ.

Plus de 2.500 migrants avaient été secourus fin janvier en quatre jours. Puis presque plus rien depuis lors.

Selon le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR), quelque 11.912 arrivées par la mer en Italie ont été comptabilisées depuis le début de l'année. La quasi-totalité sont originaires d'Afrique noire, ce qui laisse à penser que ces flux restent pour le moment indépendants de la fermeture de la route des Balkans, empruntée essentiellement par des Syriens ou ressortissants des pays voisins.

Fin mars 2015, pour la même période, ils étaient 10.165 à avoir réussi la traversée depuis la Libye.

Il y a donc bien une augmentation, mais pas encore significative. A titre de comparaison, plus de 143.000 personnes ont traversé la mer Egée entre la Turquie et la Grèce juste ces trois derniers mois.

- 'Tremplin' -

Le spectre d'un exode massif depuis la Libye n'en est pas moins réel, ce qui serait un nouveau cauchemar pour les dirigeants européens, déjà englués dans la crise des réfugiés syriens.

Jeudi, le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a mis en garde contre "le risque d'une vague de réfugiés deux ou trois fois plus grande qu'aujourd'hui".

En début de semaine, le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian a lui souligné le "risque majeur" que l'Etat islamique (EI) organise le passage de migrants vers l'île italienne de Lampedusa depuis les zones qu'il contrôle sur le littoral libyen.

Alors que les attentats de Paris en novembre ont montré la capacité de l'EI à infiltrer ses militants en Europe depuis la Syrie et l'Irak, "il y a une très forte possibilité que l'EI se serve de la Libye comme d'un tremplin vers l'Europe", en mêlant quelques-uns de ces combattants aux migrants, a également estimé jeudi le centre de réflexion Combating Terrorism center (CTC).

"A partir du printemps on est plus tenté de se lancer dans la traversée qu'en hiver", explique à l'AFP l'amiral Coldefy. "Mais surtout, alors que nous sommes en train de passer un accord avec la Turquie, que la route d'émigration par la Grèce est peut-être en train de s'essouffler, la voie naturelle et la plus simple pour les migrants sera de passer par la Libye".

"Le sud de la Méditerranée va forcément redevenir un flux important, et cela va bien sûr profiter à Daech (acronyme en arabe de l'EI)", souligne-t-il.

Par le passé, l'EI a violemment critiqué tous ceux qui tentent de quitter les terres d'islam pour s'installer chez les "infidèles".

Mais le trafic des migrants vers l'Europe est à la fois une source juteuse de revenus et une arme de déstabilisation massive contre le vieux continent. Et on voit mal pourquoi les jihadistes s'en priveraient.

Par ailleurs, ce trafic humain ne concerne pas que l'EI, mais s'étend sur une grande partie du littoral libyen, sous le contrôle d'une myriade de groupes armés. Un pan entier de l'économie libyenne s'est tourné vers le trafic des migrants, avec dans certaines zones côtières 50% des revenus qui proviennent des migrations clandestines, selon les marines européennes.

bur-hba/blb/at