NOUVELLES
18/03/2016 00:36 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Londres peut lever "des milliards en quelques coups de fils", assure un financier pro-Brexit

Le fondateur de l'une des principales maisons de courtage britannique, Hargreaves Lansdown, s'est dit vendredi confiant dans la capacité du Royaume-Uni à prospérer en dehors de l'Union européenne, assurant que Londres pouvait "lever des milliards en quelques coups de fils".

Les Britanniques voteront le 23 juin pour rester ou quitter l'UE et la perspective d'un "Brexit" inquiète de nombreux poids lourds du secteur financier mais pas Peter Hargreaves, cofondateur de Hargreaves Lansdown, une entreprise cotée à l'indice vedette FTSE-100 de la Bourse de Londres et dont il possède près d'un tiers du capital.

"Je suis fermement convaincu que ce jour - espérons-le - où nous déciderons de partir, cette petite insécurité, cette petite inconnue sera un coup de fouet bienvenu pour tout le monde", a-t-il souligné dans une interview à la BBC Radio 4. "Cela constituerait une grande source de motivation pour nous".

Hargreaves Lansdown est l'un des géants du courtage: elle met en relation acheteurs et vendeurs sur le marché de Londres, l'une principales places financières mondiales. Mais contrairement à nombre d'ex ou actuels dirigeants des grandes sociétés de la City, M. Hargreaves ne craint pas les potentielles conséquences négatives d'un Brexit sur la place de Londres.

"On lève de l'argent pour les Russes, on lève de l'argent partout dans le monde, pour des pays qui ne sont pas dans l'Europe", a-t-il argué. "Ils doivent bien utiliser Londres. Londres peut lever des milliards en quelques coups de fils".

M. Hargreaves a quitté le conseil d'administration de Hargreaves Lansdown l'an dernier et a précisé qu'il parlait en son nom propre.

Au-delà du secteur financier, les entreprises britanniques dans leur ensemble sont globalement favorables au maintien dans l'UE qu'elles jugent plutôt dans leur intérêt. La principale organisation patronale du Royaume-Uni, la CBI, a annoncé ainsi mardi que 80% de ses adhérents étaient de cet avis, en s'appuyant sur une nouvelle étude réalisée auprès d'eux.

Début mars, le directeur général de la Chambre de commerce britannique (BCC), John Longworth, a été contraint à la démission après avoir manifesté sa préférence à titre "personnel" pour un Brexit pendant une visite dans la capitale britannique du ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble.

pn/eg/jh

LONDON STOCK EXCHANGE GROUP PLC

Hargreaves Lansdown