NOUVELLES
18/03/2016 05:23 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Le pétrole ouvre en hausse à New York, le marché restant optimiste

En route pour une quatrième semaine consécutive de hausse, les cours du pétrole ont ouvert dans le vert vendredi à New York, profitant de l'affaiblissement du dollar et d'espoirs d'une stabilisation de l'offre entre grands producteurs.

Vers 13H00 GMT, le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en avril gagnait 90 cents à 41,10 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit environ deux dollars et demi de plus que le niveau où il avait fini la semaine précédente.

"Le marché continue à avancer dans l'idée que l'on pourrait assister à un gel de la production", a mis en avant Gene Mc Gillian de Tradition Energy.

Les cours, qui rebondissent fortement après être tombés au plus bas depuis 2003 face à la surabondance générale, ont obtenu un nouvel élan en milieu de semaine après l'annonce d'une réunion mi-avril entre une quinzaine de producteurs, membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ou non comme la Russie, afin de discuter de la mise en oeuvre d'un accord de gel de l'offre.

"On voit à quel point c'est nécessaire quand on regarde les derniers chiffres en date de la Joint Organization Data Initiative", une base de données lancée dans les années 1990 par plusieurs organismes dont l'Agence internationale de l'énergie (AIE) et l'Opep, ont souligné les experts de Commerzbank. "Ils montrent que la production de l'Arabie saoudite", membre dominant de l'Opep, "a atteint un niveau sans précédent en janvier, à 10,23 millions de barils par jour".

Du côté des Etats-Unis, qui ne sont pas concernés par ces négociations alors qu'ils appartiennent au trio de tête des grands producteurs, les investisseurs attendent vendredi le décompte hebdomadaire des puits de pétrole en activité, en espérant une treizième baisse consécutive.

Toutefois, plus que les questions liées à l'offre, la hausse des cours de cette fin de semaine est "imputable d'abord et avant tout à un dollar significativement plus faible", ont jugé les experts de Commerzbank.

Au plus bas depuis plus d'un mois face à l'euro, le dollar se remet légèrement vendredi, mais reste affaibli par la prudence manifestée par la banque centrale américaine.

bur-jdy/jt/sha