NOUVELLES
18/03/2016 12:42 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

La Catalogne demande une avance budgétaire à Madrid

Le vice-président de la Catalogne (nord-est), Oriol Junqueras, a demandé vendredi une avance financière à Madrid pour éviter tout risque d'impayés, alors même que la région veut franchir une nouvelle étape vers l'indépendance.

Oriol Junqueras a rencontré le ministre espagnol du Budget, Cristobal Montoro et espère obtenir une avance de 1,4 milliard d'euros dont le paiement est normalement prévu pour juillet.

Oriol Junqueras souhaiterait aussi que des prêts à court terme pour un montant de 1,6 milliard d'euros soient convertis en prêts à long terme.

Madrid a pour l'instant accordé une avance de 350 millions d'euros. Pour le reste, les positions semblaient encore éloignées.

"Nous sommes d'accord sur le fait qu'il serait bon que certains prêts à court terme passent à long terme", a expliqué le dirigeant catalan après la rencontre.

Le ministre du Budget a assuré de son côté que "la Catalogne (était) fondamentale pour (la) reprise" économique espagnole.

"En Espagne aucune administration n'a fait faillite", a-t-il assuré.

Cette réunion est intervenue au moment où monte l'inquiétude concernant la solvabilité de la région, la plus riche du pays puisqu'elle assure 19% du produit intérieur brut (PIB) mais qui est très endettée. A la fin de 2015, sa dette s'élevait à 72,27 milliards d'euros et représentait 35,3% de son PIB, selon la Banque d'Espagne.

L'agence de notation financière Standard & Poor's a encore baissé vendredi d'un cran la note de la dette long terme de la Catalogne, déjà classée en catégorie spéculative, à "B+".

S&P explique qu'elle juge "très faible la gestion financière de la région" du nord-est de l'Espagne. Et cette note révisée est basée "sur l'hypothèse que le gouvernement central restera disposé à aider financièrement la Catalogne... malgré les tensions politiques".

Une autre agence de notation, Moody's, a aussi prévenu le 11 mars qu'elle pourrait revoir en baisse la note de la Catalogne car elle s'inquiète de sa capacité à faire face à ses obligations financières à court terme.

"Les finances catalanes sont tendues", a reconnu un porte-parole de la vice-présidence de Catalogne.

Madrid, via un fonds d'aide aux régions créé en 2012 pendant la crise économique, couvre déjà environ 60% de la dette catalane, selon cette porte-parole.

Ces négociations interviennent au moment même où le Parlement régional catalan, où les indépendantistes sont majoritaires, s'apprête à examiner une loi pour créer sa propre administration fiscale, indispensable en cas d'indépendance.

Sa création s'inscrit dans le projet des indépendantistes de se séparer du reste de l'Espagne à la mi-2017.

dbh-laf/mbx/fjb