NOUVELLES
18/03/2016 09:20 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

"Génocide" par l'EI: un évêque syrien conteste les propos de John Kerry

La définition de "génocide" par le secrétaire d'Etat John Kerry pour les violences perpétrées par le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak à l'égard des chrétiens est inappropriée et constitue "une opération géopolitique", a dénoncé vendredi un archevêque syrien.

Les Etats-Unis "instrumentalisent la catégorie de génocide pour leurs propres intérêts", a critiqué Mgr Jacques Behnan Hindo, archevêque syro-catholique de Hassakè-Nisibi, dans une interview à l'agence catholique Fides.

Jeudi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait estimé que l'EI était en train de commettre des génocides contre les chrétiens, les yazidis et les musulmans chiites en Syrie et en Irak. "L'EI affirme lui-même qu'il commet des génocides, des faits confirmés par son idéologie et par ses actions", avait-il insisté.

Selon Mgr Hindo, qui exerce son ministère dans l'une des zones les plus tourmentées du nord-est de la Syrie, parler de "génocide contre les chrétiens" représente une tentative de récupérer du terrain perdu face à la Russie.

"L'intervention russe en Syrie a fait croître l'autorité de Moscou (...) Des cercles puissants des Etats-Unis la craignent et maintenant, ils jouent la carte de la protection des chrétiens. On semblerait être revenus au XIXème siècle, lorsque la protection des chrétiens au Proche-Orient constituait également un instrument pour des opérations géopolitiques".

Selon l'archevêque, il est trompeur de présenter les chrétiens comme les victimes prioritaires des violences de l'EI: "Ces fous, fait remarquer Mgr Hindo, tuent des chiites, des alaouites et même tous les sunnites qui ne se soumettent pas à eux. Les chrétiens représentent une partie minime des 200.000 morts du conflit syrien et, dans certains cas, il est accordé aux chrétiens de pouvoir fuir ou de payer la taxe de soumission, alors que pour les non chrétiens, la seule solution est la mort".

Les Etats-Unis sont à la tête d'une coalition internationale qui bombarde régulièrement les jihadistes du groupe EI en Syrie et en Irak.

jlv/ljm/mr