NOUVELLES
18/03/2016 10:50 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

En baisse, le pétrole temporise à l'issue d'une bonne semaine

Les cours du pétrole ont baissé vendredi à New York, quelques prises de bénéfices amputant un peu une nouvelle hausse hebdomadaire, la cinquième d'affilée, dans un contexte d'optimisme sur un accord entre pays producteurs pour réduire la surabondance mondiale.

Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril, qui avait pris plus de deux dollars la veille, a cédé 76 cents à 39,44 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), et restant proche de son plus haut niveau de clôture de l'année, atteint la veille à 40,20 dollars.

Par rapport à la clôture de vendredi dernier, les cours du pétrole ont pris environ un dollar et poursuivi ainsi sur la lancée d'un très fort rebond engagé à la mi-février, après avoir chuté au plus bas depuis 2003 face à l'excès d'offre à travers le monde.

"C'était encore une bonne semaine, la cinquième de suite en hausse", a remarqué Matt Smith, de ClipperData. "A l'approche du week-end, je pense que certains investisseurs prennent leurs bénéfices."

Les cours ont d'ailleurs hésité après une ouverture dans le vert, comme régnait encore chez les investisseurs un sentiment de confiance prégnant depuis le milieu de semaine.

Dans l'ensemble, "le marché continue à avancer dans l'idée que l'on pourrait assister à un gel de la production", a mis en avant Gene McGillian de Tradition Energy.

Après un coup de mou en début de semaine, les cours ont obtenu un nouvel élan mercredi après l'annonce d'une réunion à la mi-avril entre une quinzaine de producteurs, membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ou non comme la Russie, afin de discuter de la mise en oeuvre d'un accord de gel de l'offre.

De plus, "on a été soutenu le reste de la semaine par un affaiblissement du dollar", a rappelé M. Smith. "Mais on voit le dollar reprendre de la vigueur aujourd'hui, donc je pense que ça contribue à une baisse de fin de semaine."

Tombé cette semaine au plus bas depuis plus d'un mois face à l'euro, le dollar se remettait un peu vendredi, mais reste affaibli par la prudence manifestée en milieu de semaine par la Réserve fédérale (Fed), la banque centrale des Etats-Unis, ce qui profite mécaniquement aux cours du pétrole, libellés en monnaie américaine.

Enfin, parmi les facteurs a priori défavorables vendredi, les investisseurs ont pris connaissance d'une hausse hebdomadaire, certes très minime avec une unité de plus, du nombre de puits en activité aux Etats-Unis, jugé par certains observateurs comme un indicateur avancé du niveau de la production.

"Je me garderais d'y voir un rapport trop marqué" avec la baisse des prix, a relativisé M. Smith, ce rebond marginal intervenant après deux mois et demi de baisse ininterrompue.

jdy/chr/are