NOUVELLES
18/03/2016 12:04 EDT | Actualisé 19/03/2017 01:12 EDT

Affaire de drogue autour d'une base américaine de missiles nucléaires

L'armée de l'air américaine a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête pour des "activités illégales liées à la drogue" contre 14 soldats chargés de garder une base de missiles nucléaires intercontinentaux dans le Wyoming (Ouest).

Le général Robin Rand, commandant des forces stratégiques américaines, a annoncé lui-même à la presse cette enquête, qui fait écho à d'autres affaires ayant secoué récemment les unités américaines de missiles nucléaires.

En 2013, le général Michael Carey, qui dirigeait ces unités, avait été démis de ses fonctions après avoir pris part à des beuveries et fréquenté des femmes "suspectes" en Russie pendant l'été.

Un peu plus tard, une centaine d'officiers de la base de missiles de Malmstrom (Montana) avaient été suspendus pour avoir triché à un examen de routine sur leurs compétences. Deux d'entre eux avaient également été mis en cause dans une affaire de drogue.

Les enquêtes menées par le Pentagone avaient alors révélé un sentiment de malaise et d'ennui chez ces militaires, qui passent leur vie à attendre un ordre qui très probablement ne viendra jamais.

En novembre 2014, le Pentagone avait annoncé un plan de plusieurs milliards de dollars pour regonfler le moral des troupes.

Selon le général Rand, dans cette nouvelle affaire les faits reprochés au 14 soldats du rang de la base Warren, dans le Wyoming, se sont produits "hors service".

Mais "la consommation illégale de drogue est incompatible avec la fonction militaire", a-t-il souligné dans un briefing téléphonique avec des journalistes.

Le général n'a pas voulu préciser quelles drogues étaient en cause. Il a affirmé que les 14 soldats avaient été suspendus de leur fonctions en attendant les résultats de l'enquête.

La base Francis E Warren est l'une des trois bases hébergeant les 450 missiles nucléaires intercontinentaux américains.

"Il a 31.000 hommes" dans les forces stratégiques américaines, et "la vaste majorité d'entre eux non seulement remplissent les critères attendus d'eux, mais les surpassent", a déclaré le général Rand.

lby/bdx