NOUVELLES
17/03/2016 13:42 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Williams va décoller pour battre le record américain de séjour dans l'espace

L'astronaute Jeff Williams qui décollera vendredi pour arriver samedi à la Station spatiale internationale (ISS) à bord d'un vaisseau russe Soyouz, s'apprête à battre le record de durée cumulée dans l'espace pour un Américain, que vient de revendiquer son compatriote Scott Kelly.

Jeff William, 58 ans rejoindra l'avant poste orbital avec ses deux collègues russes Alexey Ovchinin et Oleg Skripochka pour une mission de six mois durant laquelle il deviendra le nouveau détenteur du record américain de temps passé dans l'espace, soit 534 jours. Ce sera son troisième séjour dans le laboratoire orbital.

Il surpassera les 520 jours en cumulé de Scott Kelly, 52 ans qui est revenu le 1er mars d'une mission de 340 jours à bord de l'ISS, une durée record en continu dans la Station où il a fait quatre séjours au total.

Le lancement du Soyouz qui transportera Jeff Williams, Alexey Ovchinin et Oleg Skripochka est prévu à 21H26 GMT vendredi depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. L'amarrage à l'ISS est programmé à partir de 2H30 GMT samedi.

Jeff Williams et ses deux collègues russes ainsi que les trois autres membre de l'équipage de la Station continueront les centaines d'expériences en microgravité de biologie, de biotechnologie, de science physique et de géophysique qui sont en cours.

L'astronaute américain avait aussi effectué un entraînement en vue de passer un an dans la Station pour éventuellement remplacer Scott Kelly si celui-ci n'avait pas pu effectuer cette expérience qui a commencé en mars 2015 avec son collègue russe Mikhaïl Kornienko.

L'objectif de cette mission est d'étudier les effets physiologiques et psychologiques de longs séjours dans l'espace en vue d'une mission habitée vers Mars. Le frère jumeau de Scott Kelly, Mark, un ancien astronaute, participe à cette étude.

L'agence spatiale américaine a annoncé vendredi 11 mars que Scott Kelly prendra sa retraite le 1er avril après une carrière de vingt ans à la Nasa.

Peu après son retour sur la Terre le 1er mars, Scott Kelly s'était plaint de courbatures dans tout le corps et avait estimé qu'il était beaucoup plus difficile de se réadapter à la gravité sur la Terre que de s'adapter à la microgravité dans l'espace.

js/sha