NOUVELLES
17/03/2016 12:54 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

TransCanada envisage d'exporter du pétrole à partir du Québec

Malgré l'échec du port de Cacouna, l'entreprise TransCanada est toujours intéressée à exporter du pétrole à partir du Québec, a-t-on appris jeudi lors de la dernière journée des consultations sur le projet d'oléoduc Énergie Est du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), à Lévis. 

Un texte de Laurence Niosi

Pendant la période de questions, Steven Guilbault, directeur principal d'Équiterre, a soulevé que le promoteur avait déposé un document selon lequel des producteurs de l'Ouest chercheraient toujours à expédier 270 000 barils de pétrole par jour depuis le Québec.

« Des pourparlers avec les expéditeurs touchés se poursuivent relativement au traitement de ces volumes », lit-on dans un document de TransCanada.

Louis Bergeron, vice-président Québec et Nouveau-Brunswick du projet d'oléoduc Énergie Est, a reconnu qu'il y avait « un désir des producteurs » d'avoir accès à un port pétrolier du Québec.

« Si dans 10-15 ans, les expéditeurs veulent un port, nous allons devoir faire une demande à l'Office national de l'énergie. Mais le projet dans sa forme actuelle ne comprend pas de port au Québec », a-t-il précisé.

Un peu plus tard, M. Bergeron a assuré que le projet Énergie Est n'a pas besoin de port au Québec pour assurer sa viabilité, du moins pas dans sa forme actuelle.

Rappelons que TransCanada prévoit transporter 1,1 million de barils de pétrole par jour - avec un maximum de 1,25 million, a-t-on appris jeudi - à partir de l'Ouest canadien jusqu'à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

L'année passée, après des mois de controverse, la compagnie TransCanada a décidé d'abandonner son projet de terminal maritime à Cacouna, au Québec.

Les audiences du BAPE se terminent ce soir. Il sera question notamment de gouvernance, de même que des impacts sociaux et de l'acceptabilité sociale du projet.