NOUVELLES
17/03/2016 15:54 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Toshiba: investissement massif dans les mémoires, mais menace de dépréciations dans le nucléaire (presse)

Le conglomérat industriel japonais Toshiba va investir massivement dans les mémoires flash, mais il risque par ailleurs d'enregistrer d'importantes dépréciations d'actifs dans son activité nucléaire, son autre pilier, selon la presse de vendredi.

Toshiba a annoncé jeudi une dépense de 360 milliards de yens (2,9 milliards d'euros) dans des lignes supplémentaires de production de puce-mémoires flash de nouvelle génération.

Mais d'après le quotidien Nikkei, au cours des trois années à venir, Toshiba pourrait débourser plus du double, soit 800 milliards de yens (6,3 milliards d'euros), pour doper ses capacités.

"Les mémoires Flash sont une locomotive dans le domaine du stockage de données, avec des applications tant dans les smartphones, que les tablettes et autres appareils numériques personnels ainsi que dans l'informatique d'entreprise", a expliqué Toshiba jeudi dans un bref communiqué.

Le groupe dit "poursuivre son partenariat avec SanDisk dans l'expansion de la production de puces-mémoires" qui sont érigées en pilier des activités de Toshiba, au côté des infrastructures et des équipements pour centrales électriques.

Dans ce second domaine en revanche, Toshiba risque quelques déconvenues.

D'après une source anonyme citée vendredi par le quotidien Asahi, le conglomérat étudie la possibilité d'enregistrer dès l'exercice en cours une dépréciation d'actif sur sa filiale américaine Westinghouse. L'Asahi cite la somme de 200 milliards de yens (1,6 milliard d'euros).

Cette information survient alors que d'autres médias ont rapporté jeudi qu'une enquête avait été ouverte à l'encontre de Toshiba par le gendarme américain des opérations de Bourse pour possible camouflage de pertes dans son activité nucléaire aux Etats-Unis

Les autorités sont en train de vérifier si le groupe n'a pas fraudé en n'imputant pas sur ses propres comptes des pertes déclarées par Westinghouse.

Cette société a enregistré des dépréciations de 1,3 milliard de dollars au cours des années d'avril 2012 à mars 2014, ce que la maison-mère japonaise n'a sciemment pas reporté dans ses comptes consolidés, considérant que cela n'était pas nécessaire en vertu des règles comptables appliquées.

Toshiba ne donne généralement pas de précisions sur Westinghouse, dont les comptes sont intégrés dans une activité plus large "d'équipements de production d'électricité".

Toutefois, sous le feu des critiques pour manque de transparence, le conglomérat, qui tente de faire oublier un vaste scandale financier, a été contraint fin novembre de divulguer ces informations et de justifier ses méthodes de calcul.

Le groupe a expliqué ne pas être obligé de défalquer dans ses propres résultats les pertes de sa filiale car "la valeur totale de marché (de Westinghouse) restait supérieure à l'évaluation dans les comptes". Cette assertion serait selon l'Asahi remise en cause.

kap/gkg

TOSHIBA

SANDISK