NOUVELLES
17/03/2016 16:26 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Tir de missile balistique nord-coréen dans la mer (Séoul)

La Corée du Nord a tiré un missile balistique dans la mer au large de sa côte orientale vendredi, quelques jours après que son dirigeant Kim Jong-un a annoncé un test imminent sur une ogive nucléaire et des tirs de missiles balistiques, a annoncé la Corée du Sud.

Un porte-parole du ministère sud-coréen de la Défense a précisé que le missile avait été tiré de Sukchon, dans le sud de la Corée du Nord, à 05H55 heure locale (20H55 GMT jeudi) et qu'il avait parcouru 800 kilomètres pour plonger dans la mer du Japon.

Ce porte-parole n'a pas précisé quel type de missile avait été tiré, mais l'agence de presse sud-coréenne Yonhap, citant des sources militaires, affirme qu'il s'agit d'un missile Rodong, d'une portée maximale d'environ 1.300 kilomètres.

Les tensions ne cessent de s'aggraver dans la péninsule divisée depuis le quatrième essai nucléaire mené par la Corée du Nord le 6 janvier, suivi le 7 février par un tir de fusée à longue portée largement considéré comme un test déguisé de missile balistique.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a répliqué début mars en décrétant les sanctions les plus lourdes jamais infligées à Pyongyang.

Le président américain Barack Obama a signé mercredi un décret autorisant la mise en oeuvre de ces nouvelles sanctions qui visent les secteurs énergétique, financier mais aussi du transport maritime de la Corée du Nord, a indiqué la Maison Blanche.

A ce contexte particulièrement crispé s'ajoutent les manoeuvres que les forces sud-coréennes et américaines ont entamé le 6 mars, les plus importantes jamais organisées conjointement sur la péninsule coréenne, auxquelles Pyongyang a menacé de répondre par des frappes nucléaires "à l'aveugle".

Pyongyang a tiré le 10 mars deux missiles qui ont parcouru 500 kilomètres avant de s'abîmer en mer du Japon.

Quelques jours plus tard, Kim Jong-un a annoncé que son pays allait tester "dans peu de temps" l'explosion d'une ogive nucléaire et procéder à des essais de tirs de "plusieurs sortes" de missiles balistiques.

Le dirigeant nord-coréen a fait cette annonce après ce qui a été décrit comme la simulation réussie de la technologie relative à la rentrée dans l'atmosphère d'une ogive nucléaire, nécessaire pour mener à bien une frappe sur le continent américain, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

La présidente sud-coréenne a jugé mardi que les menaces incessantes du Nord montraient qu'il était en "crise" du fait de son isolement diplomatique et économique accru.

"Si la Corée du Nord continue ses provocations (...) et ne marche pas sur la voie du changement, elle marchera sur la voie de l'autodestruction", a-t-elle prévenu.

De nombreux points d'interrogation pèsent sur les capacités de la Corée du Nord en matière de vecteur nucléaire. Bon nombre de spécialistes pensent qu'elle est loin d'avoir mis au point un missile balistique intercontinental (ICBM) qui puisse frapper le continent américain.

Il est de plus incertain qu'un éventuel engin miniaturisé nord-coréen puisse supporter les chocs, les vibrations et les variations de températures associés à un vol balistique.

ckp-gh/jv/tll/gkg