NOUVELLES
17/03/2016 07:02 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Sahara occidental: consultations au Conseil de sécurité jeudi

Le Conseil de sécurité de l'ONU se réunira jeudi après-midi pour tenter de dissiper le "malentendu" entre l'ONU et le gouvernement marocain à propos du Sahara occidental, a indiqué le président du Conseil.

"Il y a un léger malentendu entre l'ONU et le gouvernement marocain", a estimé l'ambassadeur angolais Ismael Gaspar Martins qui préside le Conseil en mars. "Nous devons trouver une forme de rapprochement (...) nous allons avoir des consultations à ce sujet".

Il a souligné que la mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso) "avait été déployée par le Conseil". "Si quelque chose arrive à cette mission, a-t-il expliqué, nous devons trouver les moyens de le résoudre".

Le Maroc a décidé de réduire sa contribution à la Minurso à la suite d'une controverse à propos d'une visite début mars du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon dans un camp de réfugiés sahraouis à Tindouf (Algérie).

A cette occasion, M. Ban avait fortement irrité Rabat en parlant "d'occupation" à propos du statut du territoire.

Le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric a déploré mercredi la décision marocaine. Mais il a affirmé que M. Ban Ki-moon maintenait ses propos et qu'il avait renoncé, vu les circonstances, à une visite envisagée à Rabat et Laayoune, principale localité du Sahara occidental.

Les services de l'ONU "vont prendre les mesures nécessaires pour garantir que la Minurso puisse continuer à remplir son mandat", avait-il expliqué. Il faut notamment remplacer quelque 3 millions de dollars que le Maroc versait pour assurer le logement et la nourriture des Casques bleus.

Le Sahara occidental est une ex-colonie espagnole contrôlée par le Maroc, qui l'a annexée en 1975, mais le territoire est revendiqué par des indépendantistes (le Polisario).

Rabat propose une large autonomie sous sa souveraineté pour ce vaste territoire de moins de un million d'habitants et a reçu mardi le soutien de Moscou. Le Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination.

L'ONU a déployé une mission, la Minurso, en 1991 pour surveiller un cessez-le-feu, et s'efforce de faciliter un règlement. M. Ban espère faire des progrès dans ce dossier avant de quitter son poste à la fin de l'année.

avz/are