NOUVELLES
17/03/2016 08:50 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Petrobras: 800 millions USD bloqués depuis 2014 en Suisse (autorités judiciaires)

Les autorités judiciaires suisses ont annoncé jeudi avoir bloqué en Suisse 800 millions de dollars (706 millions d'euros) - soit le double de ce qui avait été précédemment annoncé - dans le cadre du scandale de corruption touchant le géant pétrolier brésilien Petrobras.

"Dans le cadre des plus de 60 enquêtes pénales ouvertes, des valeurs patrimoniales à hauteur d'environ 800 millions USD ont été bloquées", a déclaré le procureur général suisse dans un communiqué.

Jusqu'à présent, la Suisse avait indiqué avoir bloqué 400 millions de dollars depuis le début de l'enquête en avril 2014.

De ce montant et en accord avec les titulaires des comptes, 120 millions de dollars ont été libérés et transférés en faveur des lésés au Brésil en mars 2015.

Jeudi, le bureau du procureur général suisse a indiqué que la Suisse allait "débloquer à nouveau environ 70 millions USD en faveur du Brésil".

Cette annonce fait suite à la rencontre jeudi à Berne, en Suisse, entre le Procureur général du Brésil, Rodrigo Janot, et son homologue suisse, Michael Lauber, pour discuter "de la collaboration entre leurs deux parquets en relation avec le complexe d'enquêtes Petrobras", a précisé le communiqué.

L'échange a également porté sur "la création d'un groupe commun d'enquête dans le but d'accélérer la conduite des procédures menées par les deux autorités de poursuite pénale impliquées", a ajouté le bureau du procureur général suisse.

L'enquête tentaculaire sur Petrobras, compagnie aux mains de l'Etat, concerne des élus, des partis politiques de la coalition gouvernementale de centre gauche, ainsi que des hommes d'affaires et de nombreuses entreprises de BTP. De l'argent aurait été détourné au profit de particuliers, notamment d'anciens responsables de la compagnie mais aussi de formations politiques, dont le Parti des travailleurs (PT), de la présidente Dilma Rousseff.

Le procureur général suisse enquête depuis avril 2014 sur ce dossier et a ouvert environ 60 enquêtes pénales pour soupçon de blanchiment aggravé et dans un grand nombre de cas pour soupçon de corruption d'agents publics étrangers.

Dans ce contexte, le MPC a indiqué jeudi avoir ordonné depuis le début de l'enquête la transmission de documents "concernant au total plus de 1.000 comptes auprès de plus de 40 établissements bancaires".

Ce scandale fait trembler toute la classe politique brésilienne. Cette semaine, le camp de la présidente brésilienne Dilma Rousseff a été atteint de plein fouet par de nouvelles accusations dans ce scandale.

apo/gca/pb/lpt