NOUVELLES
17/03/2016 09:12 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Pakistan: le gouvernement autorise Musharraf à quitter le pays

Le gouvernement pakistanais a donné jeudi l'autorisation à l'ancien dirigeant militaire Pervez Musharraf de se rendre à l'étranger pour des soins, malgré les poursuites pour "haute trahison" engagées contre lui.

Le général septuagénaire, au pouvoir de la fin 1999 à l'été 2008, s'est vu interdire de quitter le territoire à la suite de son retour dans le pays en 2013 après cinq ans d'exil. Son nom avait été inscrit sur une liste noire de personnalités interdites de sortie du territoire.

Mais mercredi, le plus haut tribunal au pays a levé cette disposition, lui permettant de suivre des soins d'urgence à la colonne vertébrale qui ne sont pas disponibles au Pakistan.

Le gouvernement, qui avait déjà fait appel en juin d'une décision similaire de la Cour suprême, a cette fois autorisé son départ à l'étranger.

"Aujourd'hui, les avocats du général Musharraf ont déposé une demande formelle dans la foulée de la décision de la Cour suprême. Le gouvernement l'a autorisé à se rendre à l'étranger pour des soins médicaux", a déclaré le ministre de l'Intérieur Chaudhry Nisar.

Les avocats du général Musharraf ont par ailleurs garanti au gouvernement qu'il reviendrait au pays dans six semaines pour faire face à la justice, a précisé M. Nisar lors d'une conférence de presse.

Pervez Musharraf demeure dans le collimateur de la justice pour quatre affaires remontant à 2007, dont son rôle présumé dans l'assassinat de sa rivale politique Benazir Bhutto et l'imposition de l'état d'urgence pour laquelle il est accusé de "haute trahison", une première pour un général dans un pays à l'histoire jalonnée de coups d'Etat.

mmg-gl/lpt