NOUVELLES
17/03/2016 06:13 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Migrants: le président chypriote voit un "compromis" possible sur l'accord UE-Turquie

Le président chypriote Nicos Anastasiades a estimé jeudi qu'un "compromis" sur l'accord entre l'UE et la Turquie était possible, lors du sommet européen sur la crise migratoire à Bruxelles, après avoir menacé ces derniers jours d'un blocage.

"Il y a des obstacles, mais j'espère qu'il y aura un compromis durant les délibérations qui vont suivre", a déclaré M. Anastasiades à des journalistes en marge d'une rencontre des dirigeants conservateurs européens avant l'ouverture du sommet de Bruxelles.

M. Anastasiades a assuré que Chypre "ne serait pas l'obstacle".

Les relations entre l'UE et la Turquie sont perturbées depuis des décennies par la question de Chypre. M. Anastasiades a à nouveau critiqué la Turquie pour ne pas avoir reconnu le gouvernement chypriote de la partie sud de l'île méditerranéenne, divisée depuis l'invasion en 1974 de l'armée turque dans la partie nord.

Mais il a ajouté: "Je pense qu'il peut y avoir d'autres alternatives qui pourraient nous sortir de l'impasse". Interrogé sur ces "alternatives", M. Anastasiades a répondu qu'il faudrait "attendre jusqu'à demain", lors de la réunion des 28 dirigeants de l'UE avec le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, à Bruxelles.

Deux jours avant le sommet UE-Turquie, M. Anastasiades avait menacé mardi de torpiller le projet d'accord entre les 28 et Ankara pour tenter de stopper l'afflux de migrants, qui provoque de nouvelles tensions à la frontière entre la Grèce et la Macédoine.

Il avait réaffirmé que son pays n'avait "pas l'intention d'approuver l'ouverture de nouveaux chapitres" dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne (UE) si Ankara ne respectait "pas ses obligations".

arp-clp/agr/at