7 mannequins québécois qui se démarquent aux 4 coins du monde

Ils sont Québécois et mènent une carrière de mannequins qui dépasse les frontières du Canada. Jeunes recrues ou stars déjà confirmées, voici 7 hommes bien de chez nous qui n'ont pas fini de faire parler d'eux.

Alexandre L’Abbée

Alexandre L’Abbée, 21 ans, originaire de Laval n’en revient toujours pas. En janvier 2014, alors qu’il passe la soirée dans un club montréalais, il y fait la rencontre de Karim Leduc, agent chez Dulcedo Models, la célèbre agence de mannequins de Montréal. Deux ans plus tard, le voici en train de défiler pour Calvin Klein à Milan, comme tant de mannequins hommes stars avant lui. Alexandre l’explique sur son compte Instagram : il ne voulait même pas sortir ce soir-là. C’est poussé par un ami qu’il accepte de quitter le confort de son chez soi. Bonne décision puisque c’est là que son destin bascule. Remarqué par sa plastique avantageuse et sa façon de bouger, Alexandre devient mannequin. Une carrière qu’il aborde avec une ambition alimentée de rêves les plus fous…comme celui de défiler pour Calvin Klein ! Autant dire que la carrière internationale du jeune lavallois s’annonce plus que prometteuse.

Félix Bujo

On ne compte plus les multiples campagnes internationales, de Levi's à Diesel, Fila ou encore Stone Island, sans mentionner les nombreuses couvertures de magazines pour lesquelles il a prêté son physique aux muscles sculptés à la perfection. Félix, le Montréalais a désormais élu domicile à New York, il est représenté notamment par Elite Paris, l'une des plus pretigieuses agences de mannequins au monde. Il rêve un jour d'incarner un grand parfum, le top pour un mannequin homme - et à n'en pas douter, c'est juste une question de mois.

7 mannequins québécois qui se démarquent à travers le monde

Jean-François Poirier

Star confirmée du mannequinat québécois : Jean-François Poirier. Originaire de Montréal Nord, le jeune homme au regard sulfureux a été l’égérie notamment d’une prestigieuse campagne (signée Patrick Demarchelier, l’un des plus grands noms de la photographie de mode internationale ) pour les montres Chanel. Un honneur et une joie que Jean-François embrasse avec grande fierté. S’il a commencé sa carrière au Québec, à l’âge de 20 ans, avec des marques comme Stitches, Shan ou Terra Nostra (marques pour lesquelles il continue de poser). Il a depuis rejoint New York, et grimpé les échelons internationaux aux côtés de l’agence Next Canada, enchaînant les contrats tous plus prestigieux les uns que les autres : de la Une de Playboy aux campagnes Louis Vuitton, Lancôme, Dior ou Cerruti…et maintenant Chanel. Si son avenir dans la mode s’annonce radieux, Jean-François rêve également de devenir acteur. Affaire à suivre.

Les campagnes de Jean-François Poirier, mannequin Québécois

Marc-André Turgeon

Rien ne prédestinait Marc-André Turgeon a devenir mannequin, et pourtant : il figure aujourd’hui parmi les 50 modèles les plus en vue du site Models.com, une référence dans le milieu. Marc-André a déjà 28 ans quand il se fait repérer par Jonathan Anderson, propriétaire des marques Loewe et JW Anderson, pour qui il devient l’égérie. Son physique à la beauté particulière, à la fois androgyne et mutin, ne passe pas inaperçu. À tel point qu’il se voit rapidement propulsé sur le devant de la scène internationale : défilés Prada, Paul Smith, Lanvin, Louis Vuitton. Sa démarche enflamme les passerelles et captive les regards. Sans perdre sa fraîcheur un instant, Marc-André continue de fréquenter ses habituels skateparks, continuant son bout de chemin avec un certain détachement, laissant à son agence Dulcedo gérer les affres du succès.

Le parcours du mannequin Marc-André Turgeon

Eryck Laframboise

Les origines mi-canadiennes mi-thai d’Eryck Laframboise font de ce jeune mannequin l’une des figures montantes de la mode masculine. Modèle de jour et DJ de nuit, Eryck a commencé sa carrière en 2010, après avoir été repéré à son école. C’est une élève, elle-même mannequin, qui lui a conseillé d’aller frapper à la porte de Dulcedo. Une décision payante puisque la carrière du jeune homme a connu un succès dès ses débuts : une première couverture pour le magazine Vogue Hommes Japan, photographiée par Pierre Debusschere sous le regard affûté de Nicola Formichetti à New York. Puis direction les passerelles de Rad Hourani et Marc by Marc Jacobs, avant de s’envoler pour Paris la saison suivante, pour défiler pour les célébrissimes Mugler et Hermès. Un début en fanfare qui aurait pu s’arrêter là, sans compter sur l’attitude parfaitement urbaine et élégante d’Eryck Laframboise. Un caractère distinctif qui a également attiré le regard des équipes d’Uniqlo pour leur campagne printemps-été 2013, et du couturier Issey Miyake.

Matt Carson

Matt Carson n’a rien du profil du mannequin homme classique. Il mène déjà sa propre entreprise de menuiserie – charpenterie quand il rejoint sa première agence à Ottawa. Décidé à pousser sa carrière un peu plus loin, il vient à Montréal faire le tour des agences. C’est là qu’il rencontre Marie-Josée Trempe, présidente de l’agence Specs. Le coup de foudre est immédiat. « Matt est très authentique, avec une belle personnalité. Il est plus mature, ce qui fait qu’il a déjà une notion de ce que travailler fort veut dire ». Être blond vénitien n’est jamais évident dans le milieu de la mode internationale, et pourtant, le succès prend. Depuis 2015, Matt est représenté par plusieurs agences de renom, en Allemagne, en Suède, en Hollande. S’il n’a pas encore signé de campagne internationale, il connaît toutefois un grand succès au Canada. Dans des publicités pour le magazine En Route, Le Château, RW&CO ou Tristan mais également à la télévision. Repéré par Bon Jovi pour figurer dans l’une de ses vidéos, il a surtout intégré l‘émission Wreck My House, diffusée sur HGTV, pendant près de 6 mois. Un profil à contre-courant qui ne cesse de séduire par son charme naturel désarmant. À tel point que le jeune homme était récemment obligé de mettre son entreprise sur pause pour honorer tous ses contrats dans le mannequinat. Un fait assez rare pour le mentionner.

Daniel Bederov

Repéré sur Facebook par l’agence Dulcedo, Daniel Bederov est un mannequin d’origine russe vivant à Montréal. Star des médias sociaux, son compte Instagram (36k) et son Tumblr personnel sont suivis par des milliers de fans séduits par son allure de beau gosse, ses anecdotes personnelles et son humour rafraîchissant. Depuis son premier contrat : un éditorial pour le magazine Vogue Hommes Japan, sa cote de popularité ne cesse de grimper. Il est aujourd’hui représenté par plusieurs agences dans le monde, dont les prestigieuses NY Models, Elite London et MGM Paris. Il a notamment posé pour les campagnes d’Ogilvy, Deichmann, Monsieur Nicole ou Parasuco, ainsi que pour les magazines Homme, Clint ou Bite.