NOUVELLES
17/03/2016 05:15 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Le pétrole monte un peu à New York

Au lendemain d'un bond dans l'espoir renouvelé d'une réduction de l'offre mondiale, les cours du pétrole ont ouvert en hausse jeudi à New York.

Vers 13H05 GMT, le cours du baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril, qui avait pris plus de deux dollars la veille, gagnait 80 cents à 39,26 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"La hausse d'hier m'a laissé un peu perplexe", a reconnu Kyle Cooper, de IAF Advisors. "Le marché a manifestement changé d'humeur à partir de février et il décide désormais d'ignorer les mauvaises nouvelles pour mettre en valeur les bonnes."

Les cours ont profité mercredi de l'annonce d'une réunion en avril entre une quinzaine de gros producteurs, dont l'Arabie saoudite et la Russie, jugée comme un premier pas vers une stabilisation d'un marché abreuvé d'offre.

"La réunion doit permettre d'avaliser l'accord sur le gel de la production, conclu à la mi-février par la Russie et l'Arabie saoudite", qui avait largement contribué à relancer un marché alors au plus bas depuis 2003, ont expliqué les experts de Commerzbank. "Visiblement, la participation de l'Iran n'en est plus une condition préalable."

Téhéran, qui fait son retour sur le marché mondial à la suite de sanctions liées à son programme nucléaire, a inquiété les investisseurs en début de semaine en rejetant en bloc toute participation à un gel de la production.

Le pessimisme ne s'est pour autant pas installé sur le marché, qui profitait jeudi d'autres facteurs que les questions liées à l'offre, dont "un affaiblissement du dollar après une décision étonnamment attentiste de la Fed", comme l'ont remarqué les experts de Commerzbank.

Non seulement la banque centrale s'est abstenue comme prévu de relever ses taux mercredi, dans une décision annoncée peu avant la clôture du marché pétrolier, mais elle a témoigné de sa prudence quant au rythme qu'elle prendra par la suite. Cela a pesé sur le dollar et, en retour, a été favorable aux cours de l'or noir car ils sont libellés en monnaie américaine.

De plus, la prudence de la Fed a "stimulé l'appétit pour le risque, ce qui est positif pour les cours du pétrole", ont conclu les experts de Commerzbank.

jdy/chr/vog