NOUVELLES
17/03/2016 10:54 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

La Suisse déclenche une enquête criminelle contre l'ex-dirigeant Jérôme Valcke

ZURICH — La Suisse a déclenché une enquête criminelle contre l'ex-dirigeant déchu de la FIFA, Jérôme Valcke, après avoir fait la même chose envers l'ex-patron Sepp Blatter.

Le procureur général de la Suisse a confirmé par voie de communiqué jeudi la procédure contre Valcke, qui «est suspecté de divers actes de mauvaise gestion criminelle».

«Le bureau du procureur général a effectué des enquêtes en ce sens et mené des perquisitions et des interrogatoires (jeudi). Aucune arrestation n'a été faite.»

Ce dossier a été ouvert «en réponse aux deux plaintes criminelles dans lesquelles des allégations ont été formulées» contre Valcke, à la suite de l'enquête du comité d'éthique de la FIFA.  

La FIFA a banni Valcke du soccer pour 12 ans le mois dernier. Il a été accusé de divers chefs d'accusation de comportement contraire à l'éthique depuis sa nomination par Blatter en 2007 à titre de secrétaire général de la FIFA. Sa tâche principale consistait à superviser les préparatifs en prévision des Coupes du monde de soccer de 2010 et 2014.

Le Français a été accusé d'avoir détruit des preuves pendant l'enquête de la FIFA, qui a été déclenchée à la suite d'allégations à l'effet qu'il aurait tenté de tirer profit de la vente de billets sur le marché noir pour la Coupe du monde de 2014 au Brésil. L'entente, avec un partenaire de la FIFA responsable de la vente des billets, a éventuellement achoppé et aucune somme d'argent n'a été touchée.

Les juges du comité d'éthique de la FIFA l'ont aussi sanctionné pour avoir utilisé des jets privés pour des motifs personnels et préparé une entente commerciale afin de vendre en deçà de la valeur réelle les droits de télédiffusion des matchs de la Coupe du monde de soccer de 2018.

Valcke a nié les allégations par voie de communiqué émis par son avocat en sol américain.

«M. Valcke est confiant que lorsque tous les faits seront connus, alors il sera clair qu'il n'a absolument rien fait de mal dans l'exercice de ses fonctions, pour le bien de la FIFA et du sport», avait déclaré l'avocat Barry Berke le mois dernier.

Néanmoins, la FIFA a congédié Valcke en janvier.