NOUVELLES
17/03/2016 10:21 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

L'avion de chasse et d'attaque français Super-Etendard tire sa révérence

Le Super-Etendard Modernisé (SEM), avion de chasse et d'attaque français qui s'est notamment illustré dans la guerre des Malouines, a effectué mercredi sa dernière mission depuis le porte-avions Charles de Gaulle avant de prendre sa retraite à l'été, a annoncé jeudi l'état-major des armées.

Pour cet ultime vol en Méditerranée après 38 ans de service, l'officier de lancement avait troqué sur le pont d'envol son drapeau vert pour un sabre qu'il a abaissé afin de donner l'ordre de catapultage, a raconté le porte-parole de l'état-major, Gilles Jaron, lors d'un point presse.

Chaque pilote quittant la "chasse embarquée" est salué selon le même cérémoniel, ses camarades lui rendant hommage, alignés devant la catapulte.

Le porte-porte avions Charles de Gaulle revenait d'une mission de frappes et reconnaissance de quatre mois contre le groupe Etat islamique (EI) en Irak et Syrie. Il a accosté quelques heures plus tard à Toulon (sud de la France).

"Le SEM (en service depuis 1978 et plusieurs fois modernisé, ndlr) sera retiré du service actif à l'été. Il a servi pendant 40 ans sur l'ensemble des théâtres d'opérations : Afghanistan, Libye, Irak, Syrie, Liban...", a rappelé le colonel Jaron.

Avion emblématique de la guerre des Malouines en 1982, avec ses missiles Exocet, il a été engagé par la marine argentine contre la Royal Navy et a coulé le destroyer HSM Sheffield et le bâtiment logistique Atlantic Conveyor. Son seul autre client étranger, l'Irak, qui l'avait loué en attendant la livraison de Mirage F1, l'engagea aussi contre l'Iran.

A l'avenir, seul le Rafale Marine, avion multirôle capable de mettre en oeuvre simultanément plusieurs capacités (chasse, bombardement, renseignement..), officiera depuis le Charles de Gaulle.

Le Super-Étendard, monomoteur à la différence de son successeur, ce qui expose d'autant plus ses pilotes au risque de panne et d'éjection, était souvent qualifié de "couteau suisse de l'aéronautique navale". Il était aussi capable de conduire diverses missions, mais seulement une à la fois.

Embarqué à bord du Foch et du Clemenceau puis du Charles de Gaulle, le SEM a aussi été stationné en Afghanistan, sur la base de Kandahar, de juin à octobre 2008 quand le Charles de Gaulle était immobilisé pour une maintenance.

Episode plus exotique dans sa longue vie, il fut amené à survoler le cercle polaire en 2010 lorsque l'éruption du volcan islandais Eyjafjallajökull obligea le Charles de Gaulle, qui croise en mer du Nord, à remonter très au nord afin d'échapper au nuage de cendres volcaniques.

vl/chp/ib