Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Jour d’audience pour un Torontois qui demande une aide médicale à mourir

Un octogénaire de Toronto, qui souffre du cancer et voudrait mettre fin à ses jours grâce à l'aide de médecins, présentera sa cause en cour aujourd'hui, une première en Ontario.

L'homme, qu'on ne peut identifier que par ses initiales A.B., a un lymphome malin depuis 2012. Il a atteint un stade avancé du cancer.

« Je souffre d'une douleur et d'une détresse intolérables qui ne peuvent pas être éliminées », a-t-il affirmé.

Le grand-père, qui a l'appui de sa famille, veut « mourir avec dignité ».

Le juge de la Cour supérieure de l'Ontario qui entendra la cause pourrait rendre son verdict dès aujourd'hui.

Plus tôt ce mois-ci, une Albertaine, qui souffrait de la maladie de Lou Gehrig, est devenue la première Canadienne à l'extérieur du Québec à exercer son droit à l'aide médicale à mourir, mettant fin à ses jours avec l'aide de médecins.

Pourquoi une exemption?

Selon la loi canadienne, il est toujours illégal d'aider une personne à mettre fin à ses jours, mais deux récentes décisions de la Cour suprême permettent des exemptions selon certains critères.

Le jugement Carter de la Cour suprême, qui autorise l'aide médicale à mourir, ne prendra effet que le 6 juin.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.