NOUVELLES
17/03/2016 01:33 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Inde: quatre étudiants musulmans arrêtés après des rumeurs de consommation de boeuf

La police indienne a arrêté quatre étudiants musulmans pour troubles à l'ordre public, des rumeurs selon lesquelles ils cuisinaient du boeuf --animal sacré pour les hindous-- ayant déclenché le rassemblement d'une foule tendue, a indiqué jeudi un responsable policier.

Des centaines d'autres étudiants et de militants de la droite nationaliste hindoue se sont rassemblés lundi devant une résidence universitaire de l'Etat du Rajasthan (nord), accusant les quatre hommes de préparer du boeuf, un tabou dans l'Inde à majorité hindoue.

La consommation de viande de boeuf est interdite dans de nombreux Etats, dont le Rajasthan et le sujet est devenu encore plus sensible depuis le meurtre l'an dernier d'un musulman accusé à tort d'avoir mangé du boeuf.

La foule s'est rassemblée devant la résidence dans une atmosphère "tendue" et demandait l'arrestation des étudiants musulmans, a dit le policier Labhu Ram, démentant cependant que les étudiants aient été frappés.

"La tension était forte et la foule en colère demandait leur arrestation, nous avons saisi le matériel suspect et demandé à la foule de quitter les lieux", a dit à l'AFP ce responsable policier du district de Chittorgarh.

Les étudiants arrêtés, qui viennent tous du Cachemire, seul Etat indien à majorité musulmane, ont été depuis libérés.

La viande qu'ils préparaient a été testée et il s'agissait de chèvre, non de boeuf, a dit Ram.

Un porte-parole de l'université Mewar de Chittorgarh a dénoncé des rumeurs fabriquées.

"C'était de la chèvre et certains ont essayé d'en faire un énorme sujet de controverse", a dit Harish Gurnani à l'AFP.

L'interdiction de consommer du boeuf dans de nombreux Etats de l'Inde est décriée par les musulmans et autres croyants de religions minoritaires en Inde qui sont privés d'une source de protéine peu coûteuse.

Les incidents et meurtres liés à la consommation de boeuf en Inde sont le signe, selon certains, d'une montée de l'intolérance religieuse dans l'Inde dirigée par le gouvernement nationaliste hindou de Narendra Modi.

ja/cc/ef/at