NOUVELLES
17/03/2016 11:56 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Des projets «pas sexy» en infrastructure pour Justin Trudeau

OTTAWA — Justin Trudeau a déclaré que les deux premières années de l'imposant plan d'infrastructure du gouvernement se concentrerait sur des projets «pas sexy» mais nécessaires comme l'entretien attendu de certaines structures.

Le premier ministre a aussi reconnu au cours d'une entrevue avec Bloomberg, jeudi, à New York, qu'il doutait que ces investissements stimuleront la faible productivité du pays. Il a cependant précisé qu'Ottawa allait investir dans des projets plus détaillés qui viseront à améliorer la croissance à long terme et qui guideront le pays vers une économie plus verte après la phase initiale du projet.

Ses remarques sur les objectifs du plan d'infrastructure de plusieurs millions de dollars en 10 ans surviennent alors que son gouvernement se prépare à révéler davantage de détails sur le programme, mardi, dans son premier budget.

M. Trudeau affirme que le gouvernement ne tente pas de revigorer l'économie, mais de jeter les bases d'une meilleure croissance à long terme.

Les experts, comme l'ancien gouverneur de la Banque du Canada, David Dodge, croient que le Canada doit viser des besoins à long terme en infrastructure comme le transport en commun pour aider les plus grandes villes du pays à rivaliser pour attirer des employeurs de grande qualité et davantage de travailleurs.

Pour ce faire, toutefois, M. Dodge a noté que le gouvernement devrait vendre l'idée que le fait d'acheminer plus d'argent fédéral, amassé à travers le pays, dans les projets importants des grandes villes est dans le meilleur intérêt de l'économie globale.

«D'un point de vue purement économique, nos gros problèmes d'infrastructure sont les ports, les espaces urbains majeurs et les importants corridors de transport», a-t-il avancé au cours d'un récent entretien.

«La dernière chose dont nous avons besoin est d'investir dans des projets de peinture, ou peu importe, qui n'aideront pas beaucoup les communautés rurales.»

M. Dodge a aussi dit que les projets à long terme comme les rues majeures et les ponts devraient générer des revenus pour les gouvernements sous la forme de frais d'utilisation ou de péages. Il croit que les revenus supplémentaires aideront à réduire les coûts pour le gouvernement et à améliorer l'efficacité des infrastructures.

«Ça prend des manoeuvres politiques, je crois que le temps est venu», a déclaré M. Dodge à propos des frais d'utilisation.

«Pourquoi est-ce que nous imposons des frais pour les autobus et les métros et que nous ''donnons'' les routes? Cela conduit évidemment à une mauvaise répartition des ressources.»