NOUVELLES
17/03/2016 06:53 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Chypre: plus de 40 ans de divisions et de négociations

Chypre, plus que réservée sur les promesses de l'Union européenne à Ankara dans le cadre de la crise migratoire, est divisée en deux depuis l'invasion en 1974 de sa partie Nord par la Turquie.

Depuis, la République de Chypre n'exerce son autorité que sur la partie sud (chypriote grecque) alors que la partie nord (chypriote turque) est gérée par la République turque de Chypre du Nord (RTCN), non reconnue par la communauté internationale.

- 1974: Partition de Chypre -

Le 15 juillet, un coup d'Etat fomenté par des nationalistes chypriotes grecs, soutenu par la Grèce des "colonels" et visant à rattacher le pays à la Grèce, renverse le président de la République, Makarios III, archevêque de l'Eglise orthodoxe de Chypre.

Le 20 juillet, les troupes turques débarquent dans le nord de l'île, Ankara invoquant la protection à apporter à la minorité chypriote turque.

Trois jours plus tard, la junte militaire tombe à Athènes ainsi que ses protégés à Nicosie. Mais l'armée turque poursuit son avance et prend le 15 août la région de Famagouste (est).

Entre-temps, la Turquie, la Grèce et le Royaume-Uni, garants de l'indépendance de Chypre, ont institué une "zone de sécurité" sous le contrôle de Casques bleus de l'ONU déjà présents depuis dix ans sur l'île et reconnaissent l'existence de deux administrations autonomes.

En décembre, Mgr Makarios reprend ses fonctions de président.

Selon les autorités chypriotes grecques, le conflit a fait 3.000 morts, 1.400 disparus et des dizaines de milliers de réfugiés.

- 1983: 'République turque de Chypre du Nord' -

Le 15 novembre 1983, la partition de l'île est consacrée avec la proclamation par le chef de la communauté chypriote turque Rauf Denktash de la "République turque de Chypre du Nord" (RTCN) sur les 38% du territoire où sont déployées les troupes turques. Seul Ankara a reconnu cette entité.

Dès 1975, M. Denktash avait instauré un "Etat fédéré" sur le territoire occupé par l'armée turque. Plusieurs tentatives de règlement ont été menées, notamment sous l'égide de l'ONU, qui ont toutes échoué.

- 2003-2004: Premiers échanges et adhésion à l'UE -

Le 23 avril 2003, la "ligne verte" est ouverte au passage des Chypriotes grecs et turcs. En 2004, les échanges de marchandises sont rétablis.

Le 24 avril 2004, les Chypriotes grecs rejettent par référendum un plan de réunification piloté par l'ONU qui est largement approuvé par les Chypriotes turcs.

Le 1er mai, la République de Chypre rejoint, divisée, l'Union européenne.

- 2008-2015: Négociations laborieuses -

En septembre 2008, le président Demetris Christofias et le leader de la RTCN Mehmet Ali Talat relancent les discussions directes après quatre ans d'impasse. Malgré des rencontres régulières, le dossier n'avance pas et, en 2012, les Chypriotes turcs rompent le dialogue en réaction à l'accession de Chypre à la présidence tournante de l'UE.

En février 2014, les négociations sont relancées mais les Chypriotes grecs s'en retirent en octobre pour protester contre des prospections maritimes de la Turquie dans leur zone économique exclusive (ZEE).

Le 15 mai 2015, les pourparlers en vue de l'établissement d'une "fédération bicommunautaire" reprennent avec une réunion entre le président Nicos Anastasiades et Mustafa Akinci, nouveau leader de la RTCN. A partir de novembre, les deux dirigeants intensifient le rythme des négociations.

- 2016: Crise migratoire en Europe -

En janvier à Davos (Suisse), les dirigeants chypriotes grec et turc font part de leur espoir de parvenir en 2016 à un accord de réunification de l'île et appellent la communauté internationale à les aider dans leurs efforts de paix.

Le 8 mars, Chypre qui a déjà gelé de facto le processus d'adhésion de la Turquie à l'UE en bloquant six chapitres clés de ces négociations, exprime son opposition à une accélération de ce processus. En rejetant cette proposition clé d'Ankara, le gouvernement chypriote-grec complique les efforts de l'UE pour aboutir à un accord sur la crise migratoire.

acm-fm/vdr/agr/at