NOUVELLES
17/03/2016 18:26 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Brésil: Lula reste suspendu du gouvernement malgré une décision judiciaire favorable

Un tribunal de Brasilia a annulé jeudi soir la suspension de l'entrée au gouvernement de l'ex-président Lula, une mesure sans effet dans la pratique, un autre juge, de Rio de Janeiro, ayant entretemps ordonné en référé une suspension identique.

Le Tribunal régional fédéral (TRF) de Brasilia a annulé la suspension provisoire prononcée dans la matinée par un juge de première instance juste après la prise de fonction de Lula à Brasilia, donnant raison au gouvernement qui avait fait appel.

La décision du juge de première instance "interfère dans les attributions du chef du pouvoir exécutif de nommer ou destituer les ministres de l'Etat et constitue une ingérence juridictionnelle dans la sphère" du pouvoir exécutif, a jugé en appel ce tribunal.

Mais une juge de l'Etat de Rio de Janeiro a rendu cette décision sans effet.

La magistrate Regina Formisano en effet ordonné à son tour la suspension de l'entrée de l'ex-président au gouvernement, y voyant une tentative illicite de le "protéger" des enquêtes de la justice ordinaire le visant.

L'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva a été nommé chef de cabinet (quasi Premier ministre) de Dilma Rousseff, échappant ainsi à une menace de placement en détention par le juge fédéral Sergio Moro, qui le soupçonne de corruption et blanchiment d'argent dans le cadre du scandale Petrobras.

Les ministres au Brésil bénéficient en effet d'un régime privilégié et ne peuvent répondre pénalement de leurs actes que devant le Tribunal suprême fédéral (STF) qui instruit le volet politique du dossier.

Sa nomination mercredi soir a suscité l'indignation de la mouvance de l'opposition, en particulier après la publication d'une écoute judiciaire d'une conversation entre lui et la présidente.

Dilma Rousseff lui expliquait qu'elle allait lui faire rapidement parvenir son décret de nomination pour qu'il s'en serve "seulement en cas de nécessité", ce que beaucoup ont interprété comme une allusion à une tentative d'arrestation par la police fédérale.

jt/pal/tll