NOUVELLES
17/03/2016 15:32 EDT | Actualisé 18/03/2017 01:12 EDT

Arrestations de Nathalie Normandeau : des libéraux de l'Estrie sous le choc

La frappe faite par l'Unité permanente anticorruption (UPAC) jeudi, provoque une onde de choc en Estrie.

Un texte de Renée Dumais-Beaudoin

La plupart des députés en poste ont décliné nos demandes d'entrevues, tout comme plusieurs militants libéraux. L'ancien député d'Orford et ex-président du Parti libéral du Québec (PLQ), Robert Benoît a bien voulu s'exprimer sur le dossier et se dit sous le choc.

À ses yeux Nathalie Normandeau était un modèle de député. M. Benoît espère qu'elle sera reconnue non-coupable, mais il est bien conscient que les accusations sont graves.

L'UPAC, selon lui, est peut-être en train de démontrer que la Commission Charbonneau a eu sa raison d'être. Robert Benoît ne connaissait pas de façon personnelle l'ensemble des gens qui ont été arrêtés ce matin, mais il est extrêmement surpris de les retrouver dans une telle situation.

De son côté, le président de l'association libérale de Johnson, Michel Daviau, affirme être ébranlé. Il connaît personnellement Nathalie Normandeau et se dit étonné.

Michel Daviau ajoute « c'est difficile à accepter, mais qu'il faut tourner la page et faire en sorte de donner une meilleure image pour continuer à vendre l'idée des libéraux au Québec. »