NOUVELLES
16/03/2016 07:29 EDT | Actualisé 16/03/2016 07:29 EDT

Villa du Bel Âge : un rapport du centre de santé fait état d'abus physiques et de négligence

ICI Radio-Canada

Le rapport de l'inspection menée par le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent à la Villa du Bel-Âge, à Sainte-Angèle-de-Mérici, fait état d'abus physiques et de cas de négligences envers les résidents. Radio-Canada a obtenu une copie du document en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

D'après le reportage d'Ariane Perron-Langlois

Le CISSS a amassé des témoignages qui parlent de soins d'hygiène incomplets et de patients laissés dans un lit souillé d'urine. Le document note aussi que des résidents n'ont pas reçu les soins ou la stimulation nécessaire à leur condition.

Le rapport énumère également une série d'éléments de non-conformité, dont la présence de vermine et une consommation d'alcool alléguée dans la résidence.

Le centre de santé en est venu à cette conclusion après avoir recueilli 34 témoignages de résidents, de membres de la famille de résidents, d'employés de la résidence et d'employés.

L'enquête s'est déroulée du 7 décembre au 14 janvier 2016. Lorsque le centre de santé a décidé de fermer la résidence, en février, 16 personnes âgées y vivaient.

La propriétaire de la Villa du Bel Âge, Francine Rioux, reconnaît avoir parfois levé le ton dans certaines interventions, mais elle nie fermement avoir maltraité ses résidents. « Il n'y a pas une personne qui va me dire que moi j'ai fait une blessure, dit-elle. Je voudrais voir cette blessure-là. »

Elle ajoute qu'elle aurait été informée si un de ses employés avait infligé une blessure à l'un des résidents. « J'en aurais eu connaissance certain. Je n'ai jamais été au courant de ça », assure-t-elle.

Extraits du rapport

« La résidente ne recoit pas l'hygiene buccale appropriée ainsi que pour son visage, ses mains et ses ongles, et ce, de façon récurrente. »

— Extrait du rapport du CISSS du Bas-Saint-Laurent

« Un proche d'une résidente nous mentionne que la résidente est laissée à elle-même, qu'elle est toujours couchée et ne reçoit pas la stimulation nécessaire à sa condition. »

— Extrait du rapport du CISSS du Bas-Saint-Laurent

« Une employée fait l'observation qu'à son arrivée sur son quart de travail, certains résidents ont parfois une culotte d'incontinence et un lit souillé d'urine. »

— Extrait du rapport du CISSS du Bas-Saint-Laurent

La directrice générale du CISSS était indisponible, mercredi, pour répondre aux questions de Radio-Canada. Une entrevue est prévue jeudi.