NOUVELLES
15/03/2016 08:31 EDT | Actualisé 15/03/2016 08:34 EDT

Réductions des services d'autocar: pas question de revenir en arrière

Radio-Canada

Keolis Canada, propriétaire d'Orléans Express, n'a pas l'intention de revenir sur sa décision de diminuer de 26 % son service d'autocar.

Un texte de Jean-François Deschênes

Malgré son plan de rationalisation qui a été accepté par le gouvernement du Québec, Keolis Canada indique ne pas avoir les moyens de faire marche arrière. Une décision que n'accepte pas le résident gaspésien, Mauril Minville : «Ce même transporteur a d'autres avantages sur des lignes qui sont payantes et c'est le gouvernement qui décide», dit-il.

La compagnie Keolis Canada, propriétaire d'Orléans Express, a présenté sa situation financière. La société répète avoir enregistré un déficit de 5 millions de dollars en 2014.

Le maire de Percé, André Boudreau, s'inquiète : C'est le même exercice qu'en 2014. Là ils sont revenus avec des chiffres mieux organisés. S'ils ne font pas d'argent avec ça, on a un problème.»

Service déficient

Plusieurs intervenants ont critiqué la diminution de services en disant qu'elle contribue à isoler les personnes les plus vulnérables. Plusieurs ont souligné que les gens qui doivent se rendre à Québec ou Rimouski pour recevoir des soins médicaux ne peuvent plus revenir dans la même journée, ce qui les oblige à dépenser davantage pour payer une chambre d'hôtel et des repas.

Par ailleurs, la diminution du service nuit au tourisme, selon Gaétan Lelièvre.

«L'interruption complète entre Grande-Rivière et Gaspé, le service de Forillon et de Percé n'est plus desservi du tout. Ça, au niveau touristique, ça a des impacts énormes!»

— Gaétan Lelièvre, député de Gaspé

Les audiences avaient lieu à Québec. Les citoyens de Gaspé qui voulaient assister à cette audience devaient se présenter dans une petite salle de conférence de Transports Québec à Gaspé, ce qui a déplu aux citoyens présents.

«Inadmissible. On n'a pas d'espace, on ne voit pas, on n'entend pas bien... C'est un manque de respect flagrant», affirme une personne présente.

En janvier 2015, le service par autocar est passé de 44 à 7 arrêts dans la partie nord de la péninsule et de 47 à 8 arrêts dans la Baie-des-Chaleurs, et ce, une seule fois par jour au départ et à l'arrivée. La municipalité de Percé n'est plus desservie.

Les audiences se poursuivent aujourd'hui.