BIEN-ÊTRE
15/03/2016 09:33 EDT | Actualisé 16/03/2016 08:37 EDT

Semaine de mode de Toronto: les créateurs québécois d'UNTTLD à l'honneur

Jean-François Galipeau

Simon Bélanger et José Manuel, les deux créateurs québécois aux manettes de la griffe UNTTLD, sont à l’honneur de cette Semaine de mode de Toronto annonciatrice des tendances automne-hiver 2016-2016. Nous avons eu la chance d'assister en exclusivité au shooting de la collection qui sera présentée ce 15 mars à 21 h.

Voici le lookbook de l'automne 2016 en avant-première

Galerie photo UNTTLD automne-hiver 2016-2017: les coulisses du lookbook Voyez les images

À l'automne dernier, le duo remportait la finale de l’Opération démarrage de Mercedes-Benz 2015 - qui récompense les designers émergents - ainsi que le concours Disney avec leur interprétation de la robe en métal de Princesse Leia.

Deux prix coup sur coup qui venaient consacrer leur travail à quatre mains: précis, intelligent et toujours pile dans le mille. Il ne faisait aucun doute que la Semaine de mode de Toronto accueille les créateurs prodigues avec les honneurs qu’il se doit.

Leur interprétation de la robe de Princesse Leia.

#starwarsfashion #unttld_official #mbsu @wmcfashionweek @starwars we win!!!!!

A photo posted by UNTTLD (@unttld_official) on

Entretien avec des designers 100% québécois et fiers de l’être.

« Le marché torontois permet de développer les affaires, l’argent est ici, mais pas question de partir de Montréal! On fera toujours tout faire d’ici – de la création à la production. C’est notre ville et aussi notre source d’inspiration. Pour créer, nous avons besoin de respirer, et ici c’est possible.» - Simon Bélanger.

Votre défilé clôt le mardi 15 mars?

« Oui, c’est un honneur! Il y a un vrai engouement pour la griffe depuis que nous avons gagné la finale de l’Opération démarrage de Mercedes-Benz 2015. Ça nous a apporté une vraie crédibilité. »

Vous allez présenter votre automne-hiver 2016-2017 – qui ressemble à quoi?

« On s’est inspiré des Borgias et aussi des Rois de France. À force de regarder des films et documentaires, ça nous est rentré en tête. On a bâti notre collection à partir des intrigues de la Cour du Roi, des différents personnages tels que les mercenaires, les archevêques, les maîtresses. Pour les matières, nous avons notamment utilisé des dentelles noires avec des fleurs qui semblent empoisonnées, des doubles tricots, et aussi des fourrures. Il y a du noir, beaucoup, mais aussi du gold et des touches de kaki. Sans oublier des chaînes à l’image de la robe que nous avons créée pour le concours Disney. Il y a 3 pièces réalisées à partir des fameuses chaînes: un top, une jupe et une robe. Les travailler... c'est fou, des heures de création! Exemple: la robe a pris plus de 60 heures - et pour l'anecdote: elle pèse 10 livres. »

Combien de modèles vont défiler?

« 31 en tout, avec une dominante de robes pour toutes les occasions et les silhouettes. On commence vraiment à nous connaître pour nos robes! »

Et votre casting?

« C’est un casting multiéthnique. Des femmes de tous âges et de toutes les couleurs de peau vont défiler. Il y a des mannequins noirs, asiatiques, blanches, blondes, brunes, rousses d'ailleurs comme lors de nos défilés précédents. C’est important pour nous de nous adresser à toutes les femmes.»

Dernièrement, vous habillez Ariane Moffatt?

« Oui, nous avons créé pour elle notamment la veste gold et aussi la noire qu’elle portait portait lors de l’émission La Voix. Nous allons aussi habiller Maripier Morin pour les Canadian Arts and Fashion Awards le 16 avril prochain. Nous sommes d’ailleurs nominés dans la catégorie « talents émergents ».

Ça roule bien pour vous?

« Depuis que nous avons rencontré notre formidable agente :Elsa Reia, femme exceptionnelle et d’expérience, elle a nous a ouvert des portes et permis de prendre de nouvelles avenues. Il y a aussi toujours la collaboration avec Julie Pesant d’Éditions de Robes. On est heureux, il nous manque juste quelques points de vente supplémentaires! »