POLITIQUE
14/03/2016 04:15 EDT | Actualisé 14/03/2016 04:15 EDT

Anticosti: l'opposition péquiste salue le recul de Couillard sur la fracturation

CLEMENT SABOURIN via Getty Images
TO GO WITH AFP STORY by Clement SABOURIN, CANADA-QUEBEC-OIL-GAS-ENERGYA ferry is seen on August 13, 2013 on Anticosti Island, Canada, where everything is imported from the continent once a week. Between 800 and 1,000 tourists are expected to visit Anticosti in the summer of 2013, but every Fall as many as 4,000 hunters come to the island in the Gulf of St. Lawrence. The size of the French island of Corsica in the Mediterranean, Anticosti has only 216 inhabitants. Quebec's Petrolia gas exploration company announced a partnership with the community to install an hydrocarbons exploration program scheduled to star in 2014. Economist specializing in energy issues, Pierre-Olivier Pineau believes that fracturing gas 'increases opportunities for fugitive gas leaks' that are 'worse for the greenhouse effect because it is methane that escapes without being checked.' (Photob by Clement SABOURIN/AFP/Getty Images)

QUÉBEC - Le premier ministre Philippe Couillard revient à la raison après s'être opposé aux forages par fracturation hydraulique sur l'île d'Anticosti, a souligné lundi le Parti québécois.

Le député péquiste Alain Therrien, porte-parole en matière d'énergie et ressources naturelles, a salué l'ouverture de M. Couillard à la prochaine étape du programme d'exploration d'hydrocarbures dont le gouvernement est un partenaire financier.

Dans une entrevue téléphonique, M. Therrien a estimé que le recul de M. Couillard est un geste exceptionnel illustrant que sa position était indéfendable.

"La bonne nouvelle là-dedans c'est qu'il a pris conscience de l'erreur extrêmement grave qu'il a faite, ce qui est rare chez lui, a-t-il dit. Donc ça c'est une victoire en soi parce que je pense que c'est une des premières fois qu'il recule à la suite d'une erreur aussi importante qu'il a faite."

La semaine dernière, le cabinet de M. Couillard a indiqué qu'il respectera le contrat sur l'exploration d'Anticosti, qui prévoit trois forages par fracturation hydraulique.

Un porte-parole du premier ministre a expliqué que M. Couillard éprouverait un malaise avec un recours "à grande échelle" à cette méthode de forage controversée, qui nécessite l'injection de produits chimiques dans le sol.

Le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand, a affirmé de son côté que le "malaise" de M. Couillard se limiterait à une éventuelle exploitation d'hydrocarbures sur l'île du golfe du fleuve Saint-Laurent.

Cette position contraste avec les déclarations de M. Couillard, en février, quand il s'était engagé à "tout faire" pour empêcher la fracturation hydraulique à Anticosti, a relevé M. Therrien lundi.

"Il était dans une situation qui était indéfendable par rapport au milieu des affaires et je suis convaincu que dans son gouvernement, les gens l'ont rappelé à l'ordre pour lui dire que ça n'avait pas de maudit bon sens ce qu'il faisait", a-t-il dit.

M. Couillard avait cédé à l'émotivité lorsqu'il a pour la première fois décidé unilatéralement, en décembre dernier à Paris, de prendre ses distances du projet d'exploration, à l'occasion du sommet des Nations unies sur les changements climatiques, a indiqué le député péquiste.

"C'est les émotions qui parlaient, a-t-il dit. En politique, le premier ministre du Québec n'est pas payé pour y aller de ses émotions, il est payé pour prendre des décisions intelligentes qui vont dans le sens de l'amélioration du niveau de vie de sa collectivité."

VOIR AUSSI :

Suivez-nous sur Twitter

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo L'île d'Anticosti vue par le photographe Marc Lafrance Voyez les images