NOUVELLES
12/03/2016 06:03 EST | Actualisé 12/03/2016 06:03 EST

Site web de CBC: des anglophones dénoncent aussi les commentaires francophobes

ICI Radio-Canada

Le député progressiste-conservateur Jody Carr rassemble des membres influents de la communauté néo-brunswickoise pour envoyer une lettre directement au président-directeur général de CBC/Radio-Canada contre les commentaires francophobes publiés dans les tribunes numériques du réseau CBC au Nouveau-Brunswick.

Un texte de Pierre-Alexandre Bolduc

Le député veut dénoncer le fait que des internautes tiennent des propos racistes et haineux sur le site internet de CBC, et ce, sous le couvert de l'anonymat.

Jody Carr affirme que les anciens ministres Kelly Lamrock et Mike Murphy ont signé sa lettre. Il parle aussi de maires et d'un sénateur qui vont se rallier à sa cause. La lettre et la liste des signataires seront dévoilées la semaine prochaine.

« Les commentaire négatifs en ligne, ce n'est pas représentatif de la majorité des anglophones du Nouveau-Brunswick. »

— Jody Carr, député d'Oromocto-Lincoln-Fredericton

Les maires de Fredericton et de Saint-Jean se sont d'ailleurs déjà prononcés dans les réseaux sociaux contre les commentaires francophobes.

Jody Carr a déjà lancé un mot clé sur Twitter, #stopthehate, pour appuyer ses propos. « J'espère que le message va être très fort et envoyé à CBC et aussi à la communauté francophone », dit-il.

Cette semaine, le professeur de droit Michel Doucet a envoyé une lettre au directeur des nouvelles numériques de CBC. La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada a aussi dénoncé les commentaires francophobes.

Il arrive souvent que la section des commentaires du public en bas des articles publiés sur le site de CBC pour le Nouveau-Brunswick devienne une tribune de débats linguistiques même si l'article porte sur un autre sujet.

Cette situation attriste l'avocat néo-brunswickois anglophone Brian Maude. « Ce n'est pas uniquement les francophones qui sont touchés par cette question. Moi, personnellement, je suis touché par la question. Moi, personnellement, ça me tracasse, ça me frustre. Je crois que c'est l'obligation des anglophones qui supportent le bilinguisme d'appuyer cette initiative, de réagir à haute voix et de réagir fortement pour dire non, on n'est pas une société bornée », explique Me Maude.

CBC a réagi aux critiques en disant que ses équipes des plateformes numériques vont surveiller les tribunes avec plus de rigueur et supprimer les commentaires qui incitent à la haine, mais qu'on ne changerait pas le mode de fonctionnement actuel.

Abonnez-vous à notre page sur Facebook
Suivez-nous sur Twitter

Galerie photo CBC TV Fall/Winter 2014-15 Voyez les images